Les Européens ne sont pas les seuls à lutter afin d'obtenir un consensus sur l'opportunité d'utiliser les fonds publics pour soutenir la recherche sur les cellules souches. Un sondage mené récemment aux États-Unis et portant sur l'utilisation du financement fédéral pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires révèle une scission presque égale de l'opinion publique.
Cela vous intéressera aussi

À la question "Soutenez-vous le financement fédéral de la recherche sur les cellules souchescellules souches embryonnaires?", 43 pour cent des personnes interrogées se sont déclarées favorables alors que 47 pour cent ont affirmé qu'ils s'y opposeraient. Ce sondage est le fruit d'entretiens téléphoniques menés auprès 1001 adultes américains sur une période de cinq jours dans le courant du mois d'août de cette année.

La recherche sur les cellules souches embryonnairescellules souches embryonnaires impliquerait l'utilisation d'embryonsembryons excédentaires provenant de la fécondation in vitrofécondation in vitro, habituellement détruits. Selon certains scientifiques, cette recherche pourrait permettre de découvrir des traitements pour plusieurs maladies, notamment la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer et de ParkinsonParkinson. Il y a trois ans, le président américain George W. Bush a cependant invoqué des "raisons éthiques" lorsqu'il a interdit le financement fédéral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Cette question est à présent devenue controversée aux États-Unis, où des célébrités américaines se déclarent favorables ou opposés à cette recherche, alors que le candidat démocrate à la présidence, John Kerry, s'est engagé à lever les restrictions actuelles en cas de victoire aux prochaines élections.

Ce débat est particulièrement controversé en Californie, où les électeurs devront décider de la poursuite éventuelle d'un programme de recherche sur les cellules souches embryonnaires, d'une valeur de trois milliards de dollars (2,5 milliards d'euros), le jour même du vote pour l'élection présidentielle en novembre. Plusieurs personnalités, dont Bill GatesBill Gates, d'autres magnats de la Silicon Valley, des lauréats du prix Nobel et des stars hollywoodiennes appuient cette mesure et ont apporté un soutien financier considérable à cette campagne. Les opposants prévoient eux aussi de lancer une campagne d'envergure.