Jusqu'à maintenant, les scientifiques n'avaient aucune explication à l'étonnante rapidité avec laquelle se referment sur leur proie les mâchoires des dionées, ces plantes carnivores appelées aussi attrape-mouche.
Cela vous intéressera aussi

Lakshminarayanan Mahadevan de l'Université d'Harvard et ses collègues ont découvert que le mécanisme responsable de ce mouvementmouvement se rapproche de celui d'une balle de tennis enfoncée reprenant sa forme initiale.

Pour analyser un mouvement d'une telle céléritécélérité les chercheurs ont utilisé une caméra à grande vitessevitesse. Ils se sont aperçus que les feuilles avaient une forme concaveconcave avant la fermeture et convexeconvexe après. Ce passage d'une forme stable à une autre prend juste un dixième de seconde, ce qui est bien plus rapide que la contraction musculaire.

Les chercheurs ont ensuite mis au point des équationséquations traduisant cette action mécanique. A partir de celles-ci et des formes des feuilles, il est possible de prédire si le piège peut se refermer, au bout de combien de temps après l'arrivée d'un insecteinsecte le fera t-il et à quelle vitesse les feuilles bougeront-elles.

Le prochain défi que devront relever les scientifiques sera de comprendre ce qui se passe dans ces feuilles au niveau cellulaire.