La pollution de l'air, qu'elle soit d'origine automobile ou industrielle, favorise l'apparition de cancers du poumon et de la vessie chez l'Homme. Ceci lui vaut un classement par le Circ dans le groupe 1, qui contient les éléments cancérogènes avérés. © United Nations Photo, Fotopedia, cc by nc nd 2.0

Santé

La pollution de l’air considérée comme cancérogène

ActualitéClassé sous :médecine , pollution de l'air , pollution atmosphérique

Après les gaz d'échappement des moteurs diesel, les particules polluantes de l'air ambiant viennent d'être classées dans la liste des cancérogènes avérés pour l'Homme, favorisant l'apparition de cancers du poumon et de la vessie.

Les experts du Centre international de recherche sur le cancer (Circ) le confirment : la pollution de l'air extérieur est cancérogène pour l'Homme. Un rapport rendu public ce jeudi 17 octobre détaille en effet les liens entre le risque de développer un cancer du poumon ou de la vessie et l'exposition aux particules nocives dans l'air ambiant. Pour cela, les auteurs ont passé au crible près d'un millier d'études scientifiques réalisées sur ce sujet. Il y a plus d'un an, c'était les gaz d’échappement des moteurs diesel qui étaient pointés du doigt.

« L'air que nous respirons est pollué par un mélange de substances qui provoquent des cancers, notamment du poumon et de la vessie », a précisé Kurt Straif, responsable du programme Monographies du Circ. Et pour cause, « la densité des particules polluantes responsables des maladies respiratoires ne cesse d'augmenter dans le monde, plus particulièrement dans les pays développés à forte densité de population », a souligné Dana Loomis, directeur adjoint du Circ. C'est ainsi que ces spécialistes estiment à 223.000 le nombre de décès par cancer du poumon liés à la pollution atmosphérique, chaque année dans le monde.

Le cancer du poumon, dont on peut voir une cellule tumorale, est de loin le plus mortel des cancers. En France métropolitaine, en 2012, il a emporté près de 30.000 personnes. S'il est aussi causé par le tabagisme ou l'exposition au radon, la pollution atmosphérique compte aussi parmi les coupables. © Anne Weston, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Améliorer la qualité de l’air contre le cancer

Au-delà de ces constats, les experts prônent toutefois plusieurs mesures strictes pour abaisser l'émission de gaz polluants à l'échelle planétaire. Entre autres : « fixer des normes limitant les flux des transports routiers, aériens et maritimes, les consommations de gaz dans les foyers, ainsi que dans les secteurs de l'agriculture et de l'industrie », a rapporté Kurt Straif.

« Toutes ces pratiques sont responsables de l'accumulation de particules polluantes que nous respirons », poursuit-il. « La composition et la densité de l'air en particules polluantes varient fortement selon les régions du monde », a souligné Christopher Wild, directeur du Circ. La classification de la pollution de l’air extérieur comme facteur cancérogène permettra d'évaluer encore plus précisément ses conséquences sur l'état de santé de la population mondiale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi