Une étude démontre que la fréquence cardiaque au repos des jeunes Britanniques est significativement plus élevée aujourd'hui qu'en 1980, particulièrement chez les garçons. Ce paramètre devrait être surveillé plus étroitement par les médecins généralistes, estiment les auteurs. © PublicDomainPictures, pixabay.com, DP

Santé

Le cœur des jeunes Britanniques bat plus vite qu’autrefois

ActualitéClassé sous :médecine , pouls , rythme cardiaque

Le rythme cardiaque au repos des jeunes Britanniques serait plus élevé de un à deux battements par minute aujourd'hui qu'il y a 30 ans. Anecdotique ? Peut-être pas, car ce résultat refléterait le changement du mode de vie de ces dernières décennies et pourrait être un signal inquiétant sur l'évolution de la santé cardiovasculaire.

Au Royaume-Uni, des médecins ont observé que le rythme cardiaque au repos des préadolescents avait augmenté de un à deux battements par minute au cours des 30 dernières années. En dépit des apparences, cette élévation ne serait pas si anodine.

Leah Li et son équipe de l'Institute of Child Health de Londres ont compilé les données médicales de plus de 23.000 jeunes âgés de 9 à 11 ans, suivis entre 1980 et 2008. Ils se sont particulièrement intéressés à la mesure de leur fréquence cardiaque (FC) au repos.

Ils ont dressé deux constats principaux, développé dans Archives in Diseases in Childhood. Le premier : la FC est en moyenne plus élevée chez les garçons (82,2 battements par minute) que chez les filles (78,7 bpm). Le second : au cours de la période étudiée, elle a augmenté de deux bpm chez les jeunes hommes. Et d'un bpm chez les demoiselles.

Les jeunes d'aujourd'hui sont probablement plus sédentaires que dans les années 1980, aussi parce que la télévision et les jeux vidéo offrent davantage de diversité qu'à l'époque. Cela détourne-t-il les enfants des activités physiques et cela pourrait-il expliquer la hausse du rythme cardiaque au repos ? © CreativeStock, www.stockfreeimages.com

Le pouls, un indicateur de santé cardiaque négligé

Comment expliquer cette tendance ? Les auteurs suggèrent que les jeunes Britanniques sont plus sédentaires et pratiquent moins d'activités physiques par rapport au début des années 1980. Mais surtout, ils précisent que cette augmentation, bien que modeste, pourrait entraîner d'importantes répercussions au niveau de la santé publique. Et plus précisément en matière de risque cardiovasculaire futur. « C'est pourquoi, il est très important de surveiller ce paramètre au cours des années qui viennent afin de savoir si cette tendance se confirme », estiment-ils.

Comme l'explique le chercheur français Xavier Jouven (hôpital Georges Pompidou), « le rôle de la fréquence cardiaque de repos, en temps qu'indicateur de santé, a été jusqu'à présent mésestimé. Alors que le médecin généraliste vérifie presque systématiquement la pression artérielle et propose des solutions pour remédier aux éventuelles anomalies notées, le pouls n'est, semble-t-il, pas un paramètre autant surveillé ». Pourtant, comme l'ont montré différentes études, il s'agit d'un véritable « marqueur de l'état général, au même titre que la pression artérielle ». Et une « élévation progressive au cours des ans doit servir d'alerte pour le médecin ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi