Santé

Coeur Carmat : après le décès, les médecins veulent continuer

ActualitéClassé sous :médecine , coeur , coeur artificiel

Quelles sont les causes du décès du patient ayant bénéficié du cœur artificiel Carmat ? Même si des études approfondies sont nécessaires, les médecins penchent plutôt pour un problème respiratoire grave. Les recherches ne s'arrêtent pas là et devraient permettre de développer un cœur artificiel encore plus fiable dans le futur.

Presque trois mois après la greffe du cœur artificiel Carmat, le patient qui en avait bénéficié est mort. La cause du décès est-elle liée à cet organe artificiel ? L’enquête se poursuit. Les médecins ne perdent pas espoir et vont continuer les essais cliniques. © Carmat

Dans son communiqué de presse, l'hôpital européen Georges Pompidou de Paris (AP-HP, Assistance publique - Hôpitaux de Paris) ne s'étale pas sur les causes du décès du patient ayant bénéficié du cœur Carmat. En effet, la communication autour de cet organe artificiel, proposé par une société cotée en Bourse, est très pesée. « Les causes ne pourront être connues qu'après une analyse approfondie des nombreuses données médicales et techniques enregistrées », explique l'AP-HP.

Alors que les précédentes déclarations de l'AP-HP faisaient état d'un patient en bonne santé (30 décembre 2013) et d'une évolution satisfaisante (18 février 2014), Daniel Duveau, l'un des deux médecins à l'origine de l'implantation de ce cœur artificiel le 18 décembre dernier, n'est pas complètement surpris. « Ce patient était extrêmement malade et nous n'envisagions pas qu'il survive plus de deux ou trois ans. [...] Ces derniers temps, il a souffert de difficultés sur le plan respiratoire, je pense que tout cela a malheureusement abouti au décès. » Un constat qui signifie qu'à priori, la mort du patient ne serait pas liée à un dysfonctionnement du cœur artificiel.

Schéma d'un prototype de cœur Carmat. Le cœur artificiel est plus lourd que son homologue naturel, mais il présente une forme semblable et travaille de la même manière. Des capteurs et un circuit électronique permettent d'adapter le fonctionnement aux besoins du patient. © Carmat

Bientôt trois nouvelles implantations du cœur artificiel Carmat

Ainsi, ce décès ne remet pas en cause la suite de ce travail prometteur. « Nous restons dans le même schéma, insiste Daniel Duveau. Nous sommes dans un protocole d'évaluation, un peu comme un cancérologue qui teste de nouvelles molécules. » Le médecin explique qu'« à mesure de ces expériences, nous tirons des enseignements pour améliorer les choses et bénéficier des validations nécessaires pour élargir l'essai. [...] Au final, nous espérons que ce dispositif deviendra un outil thérapeutique efficace, ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui. »

Trois autres malades devraient tester le cœur artificiel Carmat. Les patients en question présentent une défaillance cardiaque irréversible des deux ventricules et ont une espérance de vie inférieure à un an. Les interventions devraient se dérouler dans trois centres hospitaliers : l'hôpital européen Georges Pompidou, le centre chirurgical Marie Lannelongue du Plessis-Robinson et l'hôpital Laënnec Nord du CHU de Nantes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi