Santé

Pourquoi les chimpanzés n’ont-ils quasiment jamais le cancer ?

ActualitéClassé sous :médecine , cancer , chimpanzé

Le cancer est fréquent chez l'Homme mais pas chez le chimpanzé. Pourquoi ? Selon des chercheurs, la réponse viendrait des différences épigénétiques. En effet, la comparaison du génome des deux espèces montre que les grands singes africains connaissent davantage de méthylations sur des gènes clés, impliqués dans différentes maladies humaines. Et si les chimpanzés nous aidaient à soigner le cancer ?

Nous partageons 98,7 % du patrimoine génétique du chimpanzé. Mais nous ne sommes pas toujours égaux face à la maladie, que ce soit face au cancer ou même au Sida. Pour cette dernière, les grands singes connaissent un variant beaucoup moins agressifs que celui qui circule chez l'Homme... © Convex Creative, Flickr, cc by 2.0

L'Homme et le chimpanzé partagent près de 99 % de leur patrimoine génétique. Malgré toutes ces similitudes, ces deux espèces présentent des caractéristiques divergentes sur l'expression et la fréquence de maladies. Nos plus proches cousins ne connaissent que rarement le cancer, tandis qu'il est l'une des principales causes de mortalité dans l'espèce humaine, bien qu'on parvienne pourtant à en soigner bon nombre.

Cette différence résiderait-elle dans les 1,3 % de divergence des patrimoines génétiques ? Non, selon des chercheurs du Georgia Institute of Technology, qui supposent plutôt que la réponse se trouve au niveau de l'épigénome. Ils développent leur expérience dans les colonnes de l'American Journal of Human Genetics.

Le séquençage du génome a déjà fourni de nombreuses informations sur le fonctionnement du vivant. Celui de l'épigénome devrait en apporter de nouvelles. © The Sanger Institute, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les chimpanzés pour la lutte contre le cancer

La génétique n'explique pas tout. Par l'ajout de groupements chimiques appelés méthyles sur certaines régions de l'ADN, les gènes deviennent plus ou moins exprimés et actifs. C'est l'épigénétique, qui permet d'affiner la lecture du double brin. À partir de neurones du cortex préfrontal d'Hommes et de chimpanzés, les auteurs sont allés rechercher les différences dans les méthylations entre les deux espèces en établissant une cartographie.

Même s'il existe des variations entre individus liées à plusieurs paramètres, dont l'âge, il s'avère que globalement, les grands singes africains subissent plus de méthylations que nous. En soi, cela n'apporte pas grand-chose. L'impact de ces modifications géniques a donc été mesuré par séquençage, afin de préciser la localisation dans le génome. Plusieurs centaines de gènes sont concernés, et il s'avère que bon nombre d'entre eux sont étroitement liés à des désordres neurologiques et psychologiques chez l'Homme, ainsi qu'à des cancers.

Cette étude ne prouve rien, de l'aveu même des auteurs. Cependant, elle suggère que ces différences dans les méthylations pourraient expliquer au moins partiellement pourquoi certaines maladies se développent chez une espèce et non chez l'autre. Comme l'environnement lui-même joue un rôle dans ces changements épigénétiques, les auteurs espèrent mieux saisir l'importance du génome et du milieu dans l'apparition de ces méthylations et, à terme peut-être, déboucher sur de nouvelles découvertes utilisables dans la lutte contre le cancer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi