Santé

Bientôt un vaccin contre l’obésité ?

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin contre l'obésité , vaccin

Une simple injection d'un vaccin dirigé contre une hormone a fait perdre 10 % de leur masse à des rats. Une découverte qui suscite de l'optimisme et qui laisse entrevoir une possible utilisation chez l'Homme, comme vaccin contre l'obésité. Après l'avoir testé chez le cochon et le chien.

L'obésité entraîne de nombreuses pathologies parfois mortelles, comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires. La solution d'un vaccin permettrait une prise de poids sans régime restrictif ni excès d'activité physique. Pourtant, cela reste le meilleur moyen de tenir une bonne santé. © xtof, Flickr CC by nc sa 2.0

Un nouveau vaccin contre l'obésité a enregistré des résultats prometteurs sur des rats de laboratoire. Ce nouvel outil qui pourrait s'avérer révolutionnaire selon les scientifiques de Braasch Biotech, contribue à stimuler le système immunitaire pour s'en prendre à une hormone qui ralentit le métabolisme et encourage la prise de poids. L'étude a été publiée dans la revue Journal of Animal Science and Biotechnology.

Des tests en laboratoire ont montré qu'à peine quatre jours après l'injection du vaccin, les rats obèses enregistraient une perte de 10 % de leur masse corporelle. Les chercheurs ont testé deux versions légèrement différentes du vaccin, toutes deux confirmaient cette perte de 10 % suite à une piqûre de rappel, 22 jours plus tard.

Le système immunitaire peut nous faire perdre du poids : en le stimulant contre la bonne hormone, à l'aide d'un vaccin contre l'obésité, des souris ont perdu 10 % de leur masse corporelle. © Andres Rueda, Flickr, cc by 2.0

Un vaccin contre l’obésité efficace à petites doses

Pour juguler l'obésité, ce nouveau vaccin recourt à une forme modifiée de somatostatine, une hormone peptidique. Chez les souris mais aussi chez l'Homme, la somatostatine inhibe l'action de l'hormone de croissance et permet la perte de poids.

Même si pour cette étude les cobayes reçurent de fortes doses du vaccin, une autre publication, dont s'est récemment fait l'écho le Telegraph anglais, a montré l'efficacité de ce produit à moins forte dose. Avant de tester sur des sujets humains, les chercheurs vont mener une batterie de tests sur des cochons et des chiens obèses.

Par ailleurs, l'agence sanitaire américaine a récemment autorisé la mise sur le marché du Lorcaserin, le premier traitement contre l'obésité à être commercialisé depuis plus de 10 ans. Ce médicament est commercialisé par Belviq et fabriqué par le laboratoire Arena Pharmaceuticals.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi