Une équipe de chercheurs a étudié la façon dont les molécules et les gènes réagissent face à la conservation des souvenirs liés au mécanisme de récompense lorsque l’on consomme de l’alcool. © bridgesward, Pixabay, CC0 Creative Commons

Santé

L’alcool joue sur la formation de nos souvenirs au niveau moléculaire

ActualitéClassé sous :médecine , alcool , souvenirs

Les lendemains de fête sont parfois difficiles. Pourtant, nous semblons ne pas pouvoir nous empêcher de boire de l'alcool lorsque l'occasion se présente. Peut-être parce que cette attitude marque des souvenirs agréables au plus profond de nous, au niveau moléculaire.

La consommation d’alcool engendre souvent des états de mal-être plus ou moins intenses : nausées, vomissements, maux de tête, etc. Mais rien de tout cela ne nous retient de consommer. Encore et encore. C'est pour comprendre cela que des chercheurs de l'université de Brown (États-Unis) se sont demandé pourquoi on ne se souvient que des bonnes choses à propos de l'alcool.

Pour répondre à la question, ils ont étudié des mouches à vinaigre formées à trouver de l'alcool. Les chercheurs se sont intéressés à la façon dont les gènes réagissaient et quelle protéine était responsable du mécanisme de récompense résultant. Ils ont trouvé des molécules qui se modifient lorsque l'envie - voire le manque - se dessine. Une première étape qui pourrait bénéficier aux personnes addicts permettant ainsi de réduire l'intensité des souvenirs agréables reliés à la drogue en question.

L’alcool modifie subtilement une protéine qui reconnaît la dopamine, impliquée dans le codage des souvenirs agréables. Les chercheurs espèrent pourvoir agir sur ce mécanisme pour en diminuer l'intensité. © quickshooting, Fotolia

La conséquence de subtiles modifications

L'une des protéines, responsable de l'attrait des mouches pour l'alcool, est baptisée Notch, la première molécule d'un ensemble ayant un rôle dans le développement de l'embryon et du cerveau. Les chercheurs concluent également que le gène nommé récepteur dopaminergique D2 est affecté par l'alcool. Ce gène produit une protéine qui reconnaît la dopamine, un neurotransmetteur du bien-être connu pour être impliqué dans le codage de souvenirs agréables.

Dans le cadre de l'étude concernant les souvenirs de récompense liés à l'alcool, les chercheurs ont réalisé que la signalisation moléculaire n'était pas modifiée et que la dopamine n'était ni diminuée, ni augmentée. L'équipe a, en revanche, constaté que la version de la protéine fabriquée était modifiée très subtilement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

À quelle vitesse élimine-t-on l'alcool ?  Depuis le tube digestif, l'alcool passe très vite dans le sang, d'où il atteint rapidement le cerveau, avec les effets que l'on sait. Le corps, ensuite, va métaboliser l'éthanol pour s'en nourrir. Mais ce phénomène-là est bien plus lent...