DNA Script fabrique de l’ADN de synthèse grâce à des enzymes naturelles, une méthode plus efficace et moins polluante que la voie chimique. © DNA Script

Santé

Thomas Ybert (DNA Script) : « Grâce à nos enzymes, plus besoin d’être un chimiste pour fabriquer de l’ADN »

ActualitéClassé sous :biologie , enzyme , ADN synthétique

La startup DNA Script produit de l'ADN de synthèse grâce à des enzymes modifiées. Son cofondateur, Thomas Ybert, nous explique comment cette invention va révolutionner la santé et les biotechnologies.

Fondée par trois associés, Thomas Ybert, Sylvain Gariel et Xavier Godron, la startup DNA Script, basée à Paris, a vu le jour en 2014. En forte croissance, elle a déjà levé 27 millions d'euros auprès d'investisseurs publics et privés (Illumina Ventures, Merck Ventures, ID Invest, BPI France, Commission européenne...). Cette pépite française vise le marché de l'ADN de synthèse, estimé à 1,5 milliard de dollars au niveau mondial et qui croît de 10 % par an. Le 9 novembre dernier, elle a ouvert une filiale aux États-Unis et recruté trois nouvelles personnes dont un ancien directeur du laboratoire Roche pour accélérer sa croissance.

Thomas Ybert a fondé la startup DNA Script en 2014 avec Sylvain Gariel et Xavier Godron. © DNA Script

En quoi consiste votre start-up ?

Nous fabriquons de l'ADN synthétique grâce à des enzymes naturelles que nous avons domptées génétiquement pour produire des séquences sur mesure. Nous avons ainsi créé une sorte « d'imprimante 3D moléculaire », où chaque chercheur peut élaborer une séquence ADN personnalisée grâce aux cartouches contenant les enzymes.

Quel est l’avantage par rapport aux technologies existantes ?

Aujourd'hui, l'ADN est fabriqué par synthèse chimique, une méthode vieille de 40 ans ! Cela nécessite des solvants nocifs pour l'environnement et qui peuvent endommager l'ADN. C'est aussi une méthode lente, où il faut assembler la séquence, nucléotide par nucléotide. Cela peut prendre plusieurs semaines. Il faut ensuite commander l'ADN, qui est acheminé par courrier, là aussi, cela prend encore plusieurs semaines. Grâce à notre imprimante et notre logiciel, plus besoin d'être un chimiste ! Vous produisez l'ADN dont vous avez besoin dans votre labo en quelques heures.

À quoi va servir cet ADN ?

Notre premier client va être le monde de la recherche académique ou industrielle : les scientifiques utilisent tous les jours l'ADN pour leurs projets. C'est une peu le « code informatique » dont ils se servent pour élaborer de nouveaux produits. J'ai, moi-même, beaucoup manipulé d'ADN quand je travaillais chez Total afin de mettre au point des biocarburants pour les avions. Les applications se situent principalement dans le domaine de la santé (nouveaux médicaments, thérapies personnalisées...), l'agroalimentaire (par exemple, pour améliorer les qualités nutritives d'un aliment), ou l'industrie (cosmétique, textile...), pour fabriquer des matériaux innovants. À plus longue échéance, l'ADN pourrait servir à stocker des données et viendrait alors remplacer les puces en silicium.

Qui sont vos concurrents ?

D'autres start-up travaillent également sur l'ADN de synthèse par voie enzymatique, mais comme nous étions parmi les pionniers en 2014, nous avons acquis une bonne longueur d'avance. Nos enzymes sont ainsi beaucoup plus performantes. Nous sommes capables aujourd'hui de produire une séquence à 150 nucléotides avec un taux d'efficacité de 99,5 % par cycle d'addition, contre 30 chez nos concurrents, d'après ce que j'ai pu constater... En mai, nous n'en étions qu'à 50, ce qui veut dire que nous avons triplé  en quatre mois seulement ! Nous sommes désormais au même niveau que la synthèse chimique conventionnelle et nous visons des fragments de 1.000 nucléotides en une journée.

L’ADN est fabriqué avec une sorte « d’imprimante moléculaire », où les enzymes génèrent les séquences de nucléotides. © DNA Script

Quand allez-vous lancer votre produit ?

Nous sommes encore en phase de développement, mais la méthode devrait être validée l'an prochain pour un lancement commercial dans deux ans environ. Nous voulons construire une véritable capacité de production industrielle et rivaliser avec les géants du secteur comme IDT ou Eurofins Scientific.

La technologie du futur selon vous ?

La blockchain ! Aujourd'hui, les données personnelles, c'est la jungle. La blockchain pourrait venir canaliser tout ça et mieux gérer la façon dont sont conservées et exploitées nos informations.

Une autre start-up que vous admirez ou que vous auriez aimé créer ?

SQZ Biotech, qui a développé un nouveau procédé pour injecter du matériel génétique à l'intérieur d'une cellule. Cela complète parfaitement notre technologie pour les thérapies géniques : nous fabriquons d'abord l'ADN souhaité, puis ils le transfèrent dans la cellule.

Portrait DNA Script

  • Domaine : biotechnologies
  • Création: 2014
  • Fondateurs: Sylvain Gariel, Xavier Godron et Thomas Ybert
  • Montant des levées de fonds : 27M USD
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi