La fontaine de jouvence pourrait être plus proche qu’on ne le croit. Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains ont isolé un gène capable de régénérer les tissus et d’accélérer la prolifération des cellules. Cette découverte pourrait révolutionner les traitements de nombreuses pathologies comme le cancer et les maladies inflammatoires.
Cela vous intéressera aussi

Les cellules de notre corps subissent les ravages du temps : notre masse musculaire diminue, nos os s'affaiblissent, notre peau perd de son élasticitéélasticité, notre cerveaucerveau devient moins vif, etc. Peut-on ralentir les effets de l'âge? Cette question passionne les scientifiques du monde entier. Les études ont progressivement révélé les rôles clés de l'environnement, du mode de vie et du patrimoine génétique sur la longévité. Cependant, de nombreux travaux sont encore nécessaires pour comprendre comment le corps vieillit et pour découvrir le remède miracle face à l'usure des années.

Contrairement aux personnes âgées, les jeunes possèdent des tissus capables de se régénérer rapidement. Des chercheurs de l'université Harvard à Cambridge (États-Unis) se sont interrogés sur ce phénomène. Ils se sont plus particulièrement intéressés à Lin28a, un gènegène qui se trouve à l'état dormantdormant chez l'adulte mais qui est actif au cours du développement embryonnaire chez de nombreux animaux. Leurs résultats, publiés dans la revue Cell, démontrent les potentialités thérapeutiques de ce gène.

Lors du développement embryonnaire tous les organes se construisent progressivement. En modulant le métabolisme, le gène <em>Lin28a</em> favorise la régénération cellulaire. © lunar caustic, Wikipédia 2.0

Lors du développement embryonnaire tous les organes se construisent progressivement. En modulant le métabolisme, le gène Lin28a favorise la régénération cellulaire. © lunar caustic, Wikipédia 2.0

Lin28a pourrait-il nous faire rajeunir ?

Pour cette étude, les scientifiques ont fabriqué des souris adultes capables d'activer le gène Lin28a. Ils ont montré que ces animaux étaient pourvus d'une capacité de régénération sans pareille et réparaient beaucoup plus rapidement que les autres leurs cartilagescartilages, leurs os et leurs tissus après une blessure. D'autre part, chez ces mutants, les poils repoussent plus vite que chez les autres souris. « Lin28a offre aux souris adultes un don de réparation remarquable », souligne George Daley, le directeur de l'étude.

Comment Lin28a agit-il ? Pour répondre à cette question, les auteurs se sont penchés sur la fonction première de ce gène. Lin28a code pour une protéineprotéine capable de se lier aux moléculesmolécules d'ARN et de moduler la synthèse de plusieurs protéines. Grâce à des expériences de biochimiebiochimie, les scientifiques ont révélé son rôle dans l'activation de la production de différentes enzymesenzymes du métabolismemétabolisme, entraînant ainsi une intensification de la glycolyse et de la respiration cellulairerespiration cellulaire au niveau des mitochondries. En d'autres termes, Lin28a reprogramme le métabolisme énergétique de la cellule ce qui améliore la régénération des tissus.

Même si la potion magique contre le vieillissement n'est pas pour tout de suite, ces travaux s'en approchent. En s'inspirant du mode d'action de Lin28a, les auteurs souhaiteraient mettre au point des thérapiesthérapies pour soigner plus rapidement les blessures et lutter contre certaines maladies invasives comme le cancer.