Planète

L'hominisation

Dossier - Paléontologie évolutive
DossierClassé sous :paléontologie , particules , gravitation

-

Compte rendu de travaux pratiques.

  
DossiersPaléontologie évolutive
 

Parmi les processus évolutifs engendrant la lignée des Hominidés à partir de celle des primates, l'acquisition de la bipédie et la disparition des caractères simiens sont les étapes les plus importantes de l'hominisation.

L'homme de Tautavel, un Homo erectus ou un Homo heidelbergensis ? © Luna04 - Domaine public

A travers l'étude de 5 crânes (Proconsul, Australopithèque africanus, l'Homo Erectus, l'Homo Néandertalensis et l'Homo Sapiens Sapiens) nous allons illustrer les différentes phases de l'évolution des hominidés.

1. Le Proconsul

Le crâne du proconsul est le plus petit des crânes que nous allons étudier. Il possède des caractères simiens très marqués : son front et son menton sont fuyants, sa face est prognathe et sa mandibule est en V. Il possède 26 dents avec des canines très développées caractéristiques d'un régime alimentaire en partie carnivore. Sur l'arrière du crâne se trouve le trou occipital sur lequel était fixé la colonne vertébrale. Comme il n'y a pas d'angle sur l'arrière du crâne il ne possédait pas de muscle nucaux. Le proconsul n'était pas bipède et son mode de vie était arboricole. Par ces caractères simiens prononcé, le Proconsul est plus proche du singe que de l'Homme.

2. L'Australopithèque africanus

Comme chez tous les australopithèques, la morphologie du crâne des A.africanus montre qu'il s'agit là d'hominidés capables de mâcher des nourritures coriaces, comme on en trouve dans la savane. Les dents broyeuses sont grandes et robustes. Elles composent une batterie dentaire qui incorpore les molaires comme les prémolaires. Les canines des mâles ne dépassent pas, ou à peine, la hauteur des autres dents. Il n'existe plus de diastème, c'est à dire d'espace entre les dents pour loger les saillies des canines quand les mâchoires sont serrées comme c'est le cas pour le Proconsul. En effet la dentition antérieure, incisives et canines est réduite. La face est plus aplatie et en retrait. La voûte crânienne est arrondie et renferme un cerveau plus développé de l'ordre de 480 cm3. Ces caractères confèrent un air plus humain aux A.africanus comparés aux A.afarensis. Le trou occipital est plus avancé au niveau du crâne que celui du Proconsul, illustrant une avancé de la colonne vertébrale vers le milieu du crâne permettant un début de bipédie.

3. L'Homo Erectus

Le crâne d'Homo Erectus présente tous les caractères qui annonce l'Homme moderne, ce qui le distingue nettement des autres Hominidés antérieurs ou contemporains. Sa boîte crânienne domine l'ensembles du crâne. Le volume endocrânien atteint 800 cm3 soit plus que chez aucun autres hominidé, à l'exception des hommes les plus récent. Vue de dos la boîte crânienne présente une forme dite en " tente " car plus large à sa base qu'entre les bosse situées à la hauteur des os pariétaux. L'apparition des " bosses pariétales " révèlent un développement en hauteur du cerveau et l'expansion des aires corticales. L'appareil masticateur se réduit considérablement. La face n'occupe plus que 30% du volume du crâne comparé aux 45% chez les australopithèque. De profil, ce sont maintenant le nez et les dents de devant (région prémaxillaire) qui deviennent saillants. Si les pommettes (masséters) et les arcades sourcilières restent assez développées, les muscles temporaux se révèlent plus graciles. Leurs lignes d'insertion sur la boîte crânienne, ou " lignes temporales ", sont écartées de part et d'autre du sommet du crâne. Dans son allure générale, le crâne d'H.Erectus préfigure le " lissage " des reliefs osseux, si caractéristique de notre crâne. Cela se retrouve au niveau de la nuque. Le double processus de développement cérébral et de diminution de la face entraînent un meilleur équilibre de la tête au sommet de la colonne vertébrale et une régression des muscles de la nuque. Par ces caractéristiques, l'H.Erectus est le premier hominidé à se tenir parfaitement debout.

4. L'Homo Néandertalensis

Sur le crâne de l'H.Néandertalensis les pommettes ont complètement disparu, lissant la partie moyenne de la face. L'avancée des arcades dentaires est telle que, vu de profil, un espace sépare la dernière molaire (dent de sagesse) de la branche montante de la mandibule (espace rétromolaire). La longue et volumineuse boîte crânienne renferme un cerveau d'une capacité moyenne de plus de 1600 cm3, soit 15 à 20% de plus que chez l'homme actuel. L'étirement du crâne se retrouve au niveau du renflement de l'occipital qui forme un " chignon " osseux. Vu de dos, la boîte crânienne a une forme en " bombe " (sa plus grande largeur se situe à mi-hauteur). L'H.Néandertalis possède donc encore quelques caractères simiens. Cependant l'étude du crâne d'un H.Néandertalis âgé de 5 ans comparé à celui du même Hominidé adulte met en évidence l'évolution de ces caractères avec l'âge. En effet, le crâne de l'H.Néandertalensis enfant est caractérisé par l'absence de torus sus-orbitaire, une mâchoire inférieur et supérieur en U, et un front droit. L'adulte lui, présente un torus sus-orbitaire, une mâchoire supérieur en V, un front fuyant et un chignon occipital (son crâne est allongé vers l'arrière). Mais l'H.Néandertalensis conserve une bipédie parfaite à tout âge caractérisé par un trou occipital bien arrondi placé au milieu du crâne permettant ainsi à ce dernier de reposer sur la colonne vertébrale. Cet équilibre rend ainsi inutile les muscles nucaux qui ont disparu : l'angle à l'arrière de la boîte crânienne est très faible par rapport à celui de l'Homo.Erectus. La boîte crânienne demeure ainsi plus haute.

5. L'Homo Sapiens Sapiens

L'H.Sapiens Sapiens possède de nombreuses similitudes avec l'H.Néandertalensis enfant : il n'a pas de torus sus-orbitaire, sa mâchoire est en U et sa face est plate. Sa mâchoire est plus fine, son front est relevé et son volume crânien est légèrement plus important. De plus, il ne possède pas de chignon occipital. Sa tête ne s'étire donc pas vers l'arrière, l'H.Sapiens Sapiens est donc un brachycéphale. Les caractères simiens n'apparaissent pas avec l'âge. Sa bipédie est parfaite et son trou occipital est agencé de la même manière que celui de l'H.Néandertalensis. Il n'a donc pas de muscle nucal.

Par l'étude de crânes de 5 types hominidés on peut dire que l'hominisation est caractérisée par la disparition des caractères simiens. On observe une évolution au niveau de la dentition (réduction des canines et apparition de nouvelles dents comme les molaires et prémolaires) caractéristique d'un changement de régime alimentaire. Le torus sus-orbitaire et le prognathisme disparaissent. Le volume du crâne augmente et le trou occipital s'avance permettant d'obtenir la bipédie.