Planète

Le château de Beynac, La Roque-Gageac, Castelnaud et Fayrac

Dossier - Aquitaine : les jardins suspendus de Marqueyssac
DossierClassé sous :géographie , botanique , Aquitaine

-

Site classé pour son parc historique de 22 hectares, Marqueyssac, en Dordogne, offre, autour d'un château du XVIIIe siècle, plus de 6 kilomètres de promenades ombragées, bordées de 150.000 buis centenaires taillés à la main et agrémentées de belvédères, rocailles, cascades et théâtres de verdure.

  
DossiersAquitaine : les jardins suspendus de Marqueyssac
 

Lorsque le visiteur se promène dans les jardins de Marqueyssac, il aperçoit un paysage resplendissant et distingue plusieurs sites remarquables comme le château de Beynac, le village de La Roque-Gageac, le château de Castelnaud ou encore celui de Fayrac.

Le château de Beynac. © Gabrielle Ludlow, CC by-nc 2.0

Au loin, la bastide de Domme domine la vallée de la Dordogne.Enserrée de fortifications, elle a conservé ses rues au tracé géométrique et ses maisons en pierre ocre surmontées de toits en tuiles aux couleurs chaudes.

La porte des Tours, à Domme. © Luc Viatour, GFDL

La Roque-Gageac

La Roque-Gageac. © Philippe Dufour, tous droits réservés

À gauche, le belvédère domine La Roque-Gageac, commune appuyée contre la falaise, essaimant ses maisons le long de la Dordogne. Il faut visiter ses ruelles pittoresques et observer l'architecture de ses habitations aux toits de lauzes ou de tuiles qui semblent s'accrocher à la roche et qui se reflètent dans l'eau.

La Roque-Gageac.© Philippe Dufour, tous droits réservés

Le 18 janvier 1957, à 10 heures du matin, 5.000 à 6.000 m3 de rochers se détachèrent brusquement de la falaise pour s'écraser sur la route et dans le lit de la rivière, entraînant avec eux une dizaine de maisons du village. Il y eut trois morts. On distingue du belvédère la partie reconstruite du village.

le château de Castelnaud

Posé sur un promontoire dominant deux vallées, celle du Céou et celle de la Dordogne, le château fort de Castelnaud s'impose, fier, face à celui de Beynac, dont il fut le rival au Moyen Âge. Castelnaud, comme l'indique son nom, est un château « neuf » de la grande vague de construction du XIIe siècle.

Le château de Castelnaud. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Durant toute la guerre de Cent Ans, Castelnaud resta fidèle aux ducs d'Aquitaine, rois d'Angleterre, et, faisant face à Beynac, soumis aux rois de France, fut l'un des postes avancés des Anglais. En 1442, Castelnaud capitula après un siège ordonné par Charles VII.

Le château de Castelnaud.© Philippe Dufour, tous droits réservés

À partir du XVIIe siècle, Castelnaud n'a plus été occupé qu'épisodiquement. Abandonné à la Révolution, il servit de carrière de pierres.

Le château de Castelnaud. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Avec son donjon massif, ses mâchicoulis, sa tour d'artillerie et ses canonnières, il a retrouvé sa vocation lors de sa récente restauration. Celle-ci a été menée de 1967 à 1997 et a rétabli l'architecture d'origine à partir de ses vestiges et des recherches archéologiques. Il accueille aujourd'hui le musée de la guerre au Moyen Âge, devenu une référence internationale.

Le château de Fayrac

Le château de Fayrac. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Si des terrasses de Marqueyssac le regard se déplace de Castelnaud à Beynac, c'est-à-dire d'est en ouest, il rencontre le château de Fayrac posé dans un écrin de verdure. Cette demeure du XVIe siècle, vassale de Castelnaud, est complétée par un donjon ajouté au XIXe siècle.

Le château de Beynac

Le château de Beynac. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Si l'on se retourne vers la droite, le château de Beynac apparaît au-dessus de l'éperon de Marqueyssac. Le site de Beynac occupé dès la protohistoire était un lieu idéal pour bâtir une forteresse. Au XIIe siècle, les seigneurs de Beynac, font bâtir le donjon qui domine encore le château.

Les bâtiments du château qui dominent la Dordogne ont été construits aux XIIIe et XIVe siècles ; la chapelle du château, à gauche, est du XVe siècle. Les seigneurs de Beynac, fidèles au roi de France pendant la guerre de Cent Ans, étaient les suzerains de Marqueyssac.

Le château de Beynac. © Philippe Dufour, tous droits réservés

Les bateliers qui passaient devant Beynac levaient la tête et se signaient. En effet, il y a dans l'église du XVe siècle une statue de sainte Catherine, leur protectrice.