Planète

Enjeux

Dossier - Financements du développement durable
DossierClassé sous :développement durable , développement , durable

Ministère de l'environnement

-

Dès 1992, les Etats ont affirmé que la résolution des questions planétaires d'environnement et de développement, exigeait des efforts financiers spéciaux, pour l'intérêt commun de tous les pays du monde...

  
DossiersFinancements du développement durable
 
Dès 1992, les Etats ont affirmé que la résolution des questions planétaires d'environnement et de développement, exigeait des efforts financiers spéciaux, pour l'intérêt commun de tous les pays du monde. Or, les pays en développement (PED) doivent prioritairement mobiliser leurs ressources financières en faveur de leur croissance économique, leur développement social et l'élimination de la pauvreté. Dans un souci de répartition équitable des efforts de financement du développement durable, les pays riches convenaient donc d'aider les PED à se doter de moyens financiers et technologiques efficaces pour répondre à leurs priorités de développement durable. Parallèlement, de nouvelles ressources financières devaient être trouvées pour financer, dans les pays riches et à l'échelle internationale, le surcoût du développement durable.

Le secrétariat de la CNUED de Rio estimait la mise en œuvre des activités prévues dans Action 21 dans les pays à faible revenu, à plus de 600 milliards de dollars US par année entre 1993 et 2000, dont 125 milliards de dollars (soit 1/5ème) à fournir par la communauté internationale.

Affirmant l'exigence de renforcer la coopération internationale en vue d'un développement durable, les Etats riches présents à la CNUED s'engagèrent à ce que leur aide publique au développement (APD) atteigne 0,7% du PNB mondial.
L'importance d'alléger voire d'annuler la dette publique des pays à faible revenus était également affirmée.

L'Agenda 21 de Rio recommandait une diversification des modes et outils de financement du développement durable :
Au niveau international, l'accent fut mis sur le développement et la consolidation des mécanismes d'aides multilatéraux dont notamment les financements des Accords Multilatéraux pour l'Environnement (AME) au travers du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) ainsi que sur la prise en compte du développement durable dans les financements des divers organismes sectorielles de l'ONU (PNUD, FAO, UNESCO..), des institutions financières de Bretton Woods (Banque Mondiale et Fonds Monétaire International) ainsi que des institutions multilatérales spécialisées (telles que le GATT, l'OCDE, ...).
Les instruments économiques furent recommandés comme moyens de générer des ressources pour financer le développement durable, tout en incitant au développement de modes de production et de consommation plus viables, en internalisant les coûts environnementaux et d'appliquer le principe pollueur-payeur (principe 16, Déclaration de Rio).

Enfin, Action 21 soulignait l'importance du financement privé, rappelant qu'en 1992 , les contributions volontaires acheminées par des mécanismes non gouvernementaux, représentaient environ 10 % de l'APD et devaient être accrues. Ce fut le cas, au cours de dernière décennie, qui a été marquée par un triplement des courants de capitaux privés vers les pays à faibles revenus. Cette inflexion n'est pas sans susciter des interrogations quant aux effets de la mondialisation économique, notamment lorsque les investissements privés confortent des modes de développement non durables.
La CNUED soulignait finalement l'importance des financements intérieurs nationaux.