Planète

Otarie à fourrure du Nord

DéfinitionClassé sous :zoologie , mammifère , pinnipède
Photo d'otaries à fourrure du Nord. © M. Boylan, domaine public

Otarie à fourrure du Nord (Linnaeus 1758) - Callorhinus ursinus

  • Ordre : Carnivora
  • Sous-ordre : Caniformia
  • Famille : Otariidae
  • Genre : Callorhinus
  • Taille : 1,50 à 2,00 m
  • Poids : 180 à 270 kg
  • Longévité : 20 à 25 ans

Statut de conservation UICN : VU vulnérable

Description de l’otarie à fourrure du Nord

Le corps conique de l'otarie à fourrure du Nord est surmonté d'une petite tête, et sa couleur varie selon qu'il s'agisse de mâles ou de femelles. Les teintes des premiers sont généralement sombres : noires ou brun foncé, tandis que celles des secondes sont plus claires : brun clair ou gris. La taille des mâles est supérieure d'un bon tiers à celle des femelles et leur poids peut être quadruplé. L'otarie à fourrure du Nord se distingue par ses longues palettes natatoires postérieures qui sont les plus grandes de toutes les espèces d'otaries. Les oreilles sont longues et bien visibles, et le museau est orné de longues vibrisses. Les épaules sont larges et le cou trapu. Une crinière aux coloris pouvant varier du gris argent au jaunâtre, couvre la nuque, le cou et les épaules, formant comme une cape sur les jarres. La fourrure est dense et composée d'une sous-couche de duvet destiné à protéger l'animal de l'eau.

Otarie à fourrure mâle. © Rolpf Ream, NOAA, domaine public

Habitat de l’otarie à fourrure du Nord

L'otarie à fourrure du Nord se trouve dans le nord de l'océan Pacifique. La ligne maximale de sa présence va du sud du Japon à l'extrémité de la péninsule de Basse-Californie, mais ses secteurs de prédilection sont la mer de Béring et la mer d'Okhotsk. Les zones de reproduction sont principalement les îles Pribilof, les îles du Commandeur et Kouriles, ainsi que l'île San Miguel en Californie.

Comportement de l’otarie à fourrure du Nord

L'otarie à fourrure du Nord est un animal grégaire qui se rassemble par centaines sur des grèves de galets ou de roches. Ces colonies sont appelés « rookeries ». Elle vit au nord en été et au sud pendant la mauvaise saison. Les mâles sont polygames et, après avoir âprement défendu leur territoire et fait valoir leur suprématie sur les autres prétendants au terme de combats parfois violents et mortels, peuvent couvrir un harem d'une cinquantaine de femelles. Afin de ne pas perdre le groupe de femelles qu'il défend, le mâle ne peut s'absenter pour se nourrir et ce, pendant six ou sept semaines. Il vit ainsi sur ses réserves de graisse et a généralement perdu un tiers de son poids pendant cette période. Les jeunes qui ne sont pas encore en âge de procréer, se réunissent sur des aires situées à l'écart et s'entraînent aux combats rituels.

Rookerie d'otaries à fourrure. © US Fish and Wildlife Service, domaine public

L'otarie à fourrure de Nord est l'espèce la plus pélagique car elle passe le plus clair de son temps en pleine mer. Elle ne retourne à terre que lors des périodes de reproduction. Les plongées pour la chasse s'effectuent surtout à l'aube et au crépuscule. Les profondeurs moyennes sont d'une soixantaine de mètres et la plongée dure environ deux minutes. L'otarie à fourrure du Nord passe du temps à flotter à la surface pour se toiletter et se reposer. Elle communique à l'aide d'une gamme de vocalisations allant du jappement au sifflement, et du grognement au mugissement rauque. Le pinnipède n'a que peu de prédateurs, mais parmi eux l'on trouve l'orque, les requins. Les otaries de Steller et les renards polaires peuvent s'en prendre aux jeunes incapables de fuir. 

Otaries à fourrure juvéniles. © Wldland, CCA-SA 3.0 Unported license

Reproduction de l’otarie à fourrure du Nord

La période de reproduction se déroule habituellement en mai dans les « rookeries », et seuls les mâles à partir de neuf à dix ans peuvent couvrir les femelles. Après une implantation retardée de l'œuf de près de quatre mois, celles-ci donnent naissance à un petit unique au terme d'une gestation de huit à neuf mois. Les jeunes sont sevrés assez brutalement au bout de quatre mois. Les mâles sexuellement matures à trois ou quatre ans, ne se reproduisent qu'au bout de huit ou neuf ans. Les femelles atteignent leur maturité sexuelle au bout de trois ans. 

Otarie à fourrure mâle et son harem. © RFEMMR Program, GNU FDL Version 1.2

Régime alimentaire de l’otarie à fourrure du Nord

L'otarie à fourrure du Nord est un chasseur opportuniste qui se nourrit aussi bien de poissons tels que le hareng, le merlu, le maquereau et quelques autres espèces, mais aussi de calmars en fonction des possibilités.

Menaces sur l’otarie à fourrure du Nord

Malgré la chasse à outrance dont l'otarie à fourrure du Nord a été victime par le passé, les mesures de protection ont permis que les populations se stabilisent aux alentours de 1,8 million d'individus. Malgré cela, l'UICN a classé l'espèce comme vulnérable car les populations des îles Pribilof ont été menacées de disparition dans les années 1910. Depuis 1984, la chasse commerciale a cessé et seuls quelques 1.500 individus sont encore prélevés chaque année par les populations indigènes pour leurs besoins en nourriture.

Cela vous intéressera aussi