Au Groenland, les pluies remplacent de plus en plus la neige

Classé sous :Réchauffement climatique , Groenland , Fonte des glaces

Au Groenland, les pluies remplacent de plus en plus souvent la neige, même en plein hiver, accroissant la fonte des glaces en surface. En conjuguant les images satellite et les données des stations météo, des chercheurs ont identifié en 313 occasions, entre 1979 et 2012, des épisodes de fonte accélérée provoqués par une augmentation de la couverture nuageuse et des précipitations sous forme de pluies au lieu de neige, dues à des remontées d'air chaud et humide venant du sud. Ces pluies correspondent à 40 % des précipitations totales au-dessus du Groenland. L'étude paraît dans le journal The Cryosphere.

La limite entre pluies et chutes de neige est repoussée vers le nord. Les premières accélèrent la fonte de la calotte groenlandaise en surface, les secondes lui font gagner de la masse. C'est pourquoi le remplacement de la neige par la pluie, y compris pendant la saison froide, est inquiétant. Ici, une rivière formée par de l'eau de fonte dans le glacier Russell au Groenland. © Kevin Krajick/Earth Institute

La fonte générée par ces pluies a doublé en été et a triplé en hiver, et correspond globalement pour 28 % à la fonte des glaces en surface. En hiver, elle concerne essentiellement les côtes sud et sud-ouest du Groenland, tandis qu'elle ronge l'intérieur des terres, vers le nord, pendant la saison chaude. En 25 ans, elle a augmenté en fréquence et en durée à cause de la hausse des températures (environ + 3 °C en hiver et + 1,8 °C en été), passant de deux jours en moyenne à trois jours en hiver et cinq en été. Les pluies hivernales rendent la glace encore plus vulnérable à la fonte estivale.

Récemment, la fonte des glaces en surface est apparue comme la principale cause de perte de masse de l'inlandsis groenlandais, l'autre étant le vêlage (production d'icebergs). Les pluies jouent un rôle grandissant dans ce mécanisme, qui devrait s'accentuer avec la montée continue des températures. © Kevin Krajick/Earth Institute