Les rivières formées par l'eau de fonte des glaciers du Groenland charrient « une énorme quantité de sédimentssédiments sablesable et gravier] jusqu'aux côtes », que le pays pourrait exploiter, répondant à une demande mondiale croissante, dans un « rare exemple d'opportunité économique créée par le changement climatiquechangement climatique », déclarent dans un communiqué des scientifiques de l'université du Colorado à Boulder. Leur étude, menée avec des collègues internationaux, est parue dans le journal Nature Sustainability.

La valeur des sédiments déposés annuellement sur les côtes groenlandaises dépasse la moitié du produit intérieur brutproduit intérieur brut du pays (2,22 milliards de dollars en 2015) et pourrait doubler dans les prochains 25 ans. En exportant cette ressource, le Groenland, dont l'économie s'articule autour de la pêchepêche commerciale menacée par l'épuisement des réserves de poissonspoissons, pourrait atteindre l'indépendance économique. Le développement d'une telle activité doit cependant se faire de façon responsable et en étroite collaboration avec les locaux, insiste les chercheurs, pour ne pas empirer la situation environnementale déjà chaotique.