Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Feux de forêt : le suicide climatique de l’Australie ? Des milliers d’habitations réduites en cendres, 28 morts et un nombre inimaginable d’animaux disparus. Depuis le mois de septembre 2019, l’Australie est en proie aux flammes. Une catastrophe environnementale attribuée au réchauffement climatique pour ce pays dont le mix énergétique est centré sur le charbon.

C'est une étrange rencontre qu'ont fait les rangers australiens du parc national du Mont Kaputar. À leurs pieds, une soixantaine de limaces roses fluorescentes rampaient sur le sol brûlé. Si cette espèceespèce, Triboniophorus aff. graeffei, est célèbre dans la région puisqu'elle ne vit que sur cette montagne de Nouvelle-Galles du Sud, la revoir vivante après l’incendie qui a dévasté son habitat tient du miracle. Les spécimens observés doivent leur salut à des cavités dans les pierres dans lesquelles elles se sont réfugiées.

Malheureusement, toutes n'ont pas survécu. Selon Frank Köhler, un spécialiste de ces mollusquesmollusques à l'Australian Museum, « environ 90 % de la population de limaces, qui hibernent dans les arbresarbres, auraient péri dans les flammes ». De plus, la couleurcouleur rose fluo des limaces les rendent très visibles sur sol et la végétation carbonisés. Elles deviennent des proies de choix pour les oiseaux et les mammifèresmammifères qui ont aussi vu leur environnement partir en cendres.