Des grandes oreilles de lapin, un groin de cochon, des griffes en forme de pelle et une queue de kangouroukangourou, une peau rose avec des poils fins, un dosdos arqué... Ce n'est pas une chimère venue tout droit de la mythologie mais l'oryctérope du Caporyctérope du Cap (Orycteropus afer) ou le cochon de terreterre, un mammifèremammifère discret, dernier représentant de son ordre, les tubulidentés. Si on se penche sur le mode de vie de l'oryctérope, son apparence étrange prend tout son sens. Son groin de cochon lui confère un odoratodorat fin puisqu'il contient neuf bulbes olfactifs, c'est plus que les chiens. Et c'est un avantage pour lui car ses proies sont plutôt difficiles à localiser : comme d'autres animaux, l'oryctérope se nourrit de fourmis et de termites qu'il arrive à débusquer grâce à son long museau. 

C'est un animal essentiellement nocturnenocturne qui a besoin d'une ouïe fine pour repérer ses ennemis, les lionslions, les léopardsléopards et même les pythonspythons avec qui il partage son territoire. En cas de danger, ses impressionnantes griffes, quatre à l'avant et cinq à l'arrière, lui permettent de creuser un terrier dans lequel il peut se cacher en un temps record. Elles sont aussi pratiques pour fouiller les termitières. Sa queue musclée traîne sur le sol et laisse derrière lui une piste facilement reconnaissable.