Les eaux radioactives de Fukushima pourraient être déversées dans l'océan

Classé sous :Environnement , centrale de Fukushima , eau radioactive

Dans le tremblement de terre et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon en 2011, trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont été touchés. L'accident a généré des quantités colossales d'eau radioactive. Une partie a été traitée pour en éliminer le césium. Mais elle reste contaminée au tritium, un isotope radioactif de l'hydrogène difficile à éliminer de l'eau.

Des barils de stockage d'eau radioactive sur le site de la centrale de Fukushima, endommagée par un tsunami en 2011. © Melissa BakerLhermit, @melissabak3, Twitter

C'est aujourd'hui près d'un million de tonnes d'eau traitée qui est ainsi stockée dans quelque 1.000 grands réservoirs. Mais la capacité maximale de stockage qui se situe autour de 1,37 million de tonnes d'eau devrait être atteinte d'ici trois ans. Pour résoudre le problème, les exploitants du site envisagent désormais la libération contrôlée du surplus d'eau dans l'océan Pacifique. Dans la région, pêcheurs et agriculteurs s'inquiètent. Les associations et les gouvernements voisins aussi. Mais les responsables de la centrale leur opposent que si le site n'est pas vidé de ces grands réservoirs, il sera impossible de construire des installations de stockage sûres pour les débris de combustible fondu et autres contaminants qui seront bientôt extraits de la centrale dans le cadre des travaux de déclassement.

Les experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) jugent que la solution d’un déversement contrôlé des eaux contaminées de Fukushima dans l’océan Pacifique est la solution la plus réaliste aux difficultés de déclassement du site. Ici, la centrale nucléaire de Fukushima en 2014, soit trois ans après la catastrophe. © IAEA Imagebank, Flickr, CC By-NC-ND 2.0