Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Plongez dans l’univers… d’une araignée ! Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont travaillé à la sonification d’une toile d’araignée. Ils ont ensuite élaboré un environnement en réalité virtuelle — en démonstration sur cette vidéo - qui vous permet de littéralement pénétrer dans la toile. Visuellement, mais aussi de manière audible. De quoi mieux comprendre l’environnement dans lequel évoluent les araignées. © Markus Buehler, Massachusetts Institute of Technology

Arachnophobes, passez votre chemin. Un spécimen exceptionnellement grand d'araignée à toile entonnoir (Atrax robustus), la plus dangereuse pour l'être humain, a été découverte en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, et rapportée à l'Australian ReptileReptile Park (ARP). Surnommée « Megaspider » par le parc, l'araignéearaignée mesure 8 cm de large, soit deux fois plus la normale, et ses crochets de 2 cm sont capables de perforer un ongleongle humain, rapporte l'ARP. « Cela fait 30 ans que je travaille ici et je n'en n'ai jamais vu une aussi grande », atteste Michael Tate, un responsable du parc. L'araignée a été déposée par un anonyme dans une boîte Tupperware sans aucun indice de l'endroit où elle a été trouvée.

L'araignée à toile entonnoir, qui vit exclusivement en Nouvelle-Galles du Sud, possède le veninvenin le plus toxique au monde pour l'être humain, son venin n'est dangereux que pour les primatesprimates. La mort peut intervenir dans les 15 minutes par œdèmeœdème pulmonaire ou choc respiratoire. D'un comportement particulièrement agressif, elle vit à proximité des zones urbaines, ce qui la rend d'autant plus dangereuse.

Voir aussi

Égypte : trois morts et des centaines de blessés après que le mauvais temps a réveillé des hordes de scorpions venimeux

Pour le parc, qui détient déjà une collection d'araignées à toile-entonnoir, l'arrivée de ce spécimen est plutôt une bonne nouvelle. En effet, il utilise son cheptel d'araignées pour produire de l'antivenin. Le venin est envoyé dans un laboratoire et injecté à des lapins qui vont produire des anticorpsanticorps. Ces derniers sont alors utilisés pour fabriquer le sérum antiveninantivenin.

Selon l'ARP, 300 personnes seraient ainsi sauvées chaque année de la mort. « Plus il y aura de personnes qui nous rapporteront des araignées, et plus nous pourrons fabriquer d'antivenin », résume Michael Tate, qui appelle tout de même à prendre les plus grandes précautions pour capturer l'animal. Il faut notamment porter des gants épais et poser par exemple un bol en verre par dessus. Des volontaires ?