Planète

Des fourmis aux morsures douloureuses gagnent du terrain aux États-Unis

ActualitéClassé sous :zoologie , insectes , comportement des fourmis

Odontomachus haematodus, une espèce de fourmi originaire d'Amérique du Sud et dont les piqûres venimeuses sont réputées désagréables, s'est répandue en un demi-siècle dans le Sud américain, le long de la Côte du Golfe. Mais personne ne s'en était rendu compte jusqu'à une étude sur ces hyménoptères aux mâchoires impressionnantes.

Leurs extraordinaires mandibules permettent aux fourmis Odontomachus de se propulser dans les airs et d'effectuer un saut en arrière pour échapper à leurs prédateurs. © Magdalena Sorger

Odontomachus haematodus a des fourmis dans les pattes, si l'on ose dire. En effet, cette fourmi subtropicale est pour la première fois officiellement répertoriée sur le sol états-unien, signalent des chercheurs dans un recensement aux États-Unis du genre Odontomachus paru dans la revue Zootaxa« Le fait que certaines de ces espèces se propagent est intéressant parce que ces fourmis géantes ont réussi à étendre leur territoire sans que personne ne s'en aperçoive », indique l'auteur principal Magdalena Sorger de l'université d'État de Caroline du Nord.

Une explication de sa discrétion pourrait être que l'insecte a été confondu avec une cousine nord-américaine. Dans tous les cas, « nous savons très peu de choses sur ces fourmis, y compris la façon dont elles interagissent avec les espèces de fourmis autochtones dans les zones qu'elles envahissent », ajoute la chercheuse. Si l'espèce avait été recensée de façon informelle en 1956 en Alabama, elle est désormais reconnue comme dispersée sur la Côte du Golfe, au moins jusqu'en Floride.

De couleur jaune à noir, les fourmis Odontomachus présentent une diversité d'habitat, autant à l'aise en forêt, dans des souches de bois en décomposition qu'en ville, dans les fondations de maisons. © Magdalena Sorger

Odontomachus haematodus a un piège dans les mandibules

Alors que les espèces locales sont inoffensives, Odontomachus haematodus n'hésite pas à piquer sur son territoire tout intrus, y compris humain. Heureusement, si la piqûre est douloureuse, son effet ne dure guère. Odontomachus haematodus fait partie des trap-jaw ants, littéralement en français des fourmis piège à mâchoire, en référence à leur système de capture quasi-imparable. Une proie qui touche des soies spécialisées situées sur leurs mandibules ouvertes à 180° déclenche un réflexe de fermeture extrêmement rapide, de 35 à 65 m/s, d'après des mesures effectuées sur Odontomachus bauri.

Un autre espèce du genre, Odontomachus ruginodis, connue comme localisée autour d'Orlando, en Floride, a également étendu son aire géographique à une centaine de kilomètres plus au nord, rapporte l'étude.

D'autres espèces restent en revanche confinées, comme Odontomachus relictus, cantonnée aux broussailles en voie de disparition sur d'anciennes crêtes de sable du centre de la Floride. Magdalena Sorger et son équipe ont même remarqué des comportements divergents entre populations de crêtes séparées. Leurs profils génétiques distincts indiquent qu'elles pourraient avoir évolué en deux espèces dissemblables. Si cette hypothèse se confirmait, ces fourmis seraient alors les plus rares d'Amérique du Nord, annonce la myrmécologue, qui prévoit déjà des analyses génétiques supplémentaires.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi