Mots-clés |
  • océanographie,
  • zoologie,
  • phytoplancton

Une marée rouge décime les lamantins de Floride

Les lamantins des Caraïbes sont mis à mal. Depuis le mois de janvier, c’est une véritable hécatombe : ils se noient en masse. Le responsable est l'algue planctonique Karenia brevis, qui alimente la marée rouge actuellement répandue dans le golfe du Mexique.

Une marée rouge est une efflorescence algale qui se traduit par une augmentation rapide de la concentration de phytoplancton. Le bloom se traduit généralement par une coloration de l'eau. Les marées rouges ne sont pas toutes toxiques, mais lorsqu'il s'agit de Karenia brevis, Hommes et animaux doivent se méfier. © Alejandro Díaz, DP Une marée rouge est une efflorescence algale qui se traduit par une augmentation rapide de la concentration de phytoplancton. Le bloom se traduit généralement par une coloration de l'eau. Les marées rouges ne sont pas toutes toxiques, mais lorsqu'il s'agit de Karenia brevis, Hommes et animaux doivent se méfier. © Alejandro Díaz, DP

Une marée rouge décime les lamantins de Floride - 2 Photos

PDF

Depuis les années 1960, la Bretagne est de plus en plus confrontée à des proliférations d’algues qui affectent les plages. Elles sont appelées marées vertes par analogie avec les marées noires, ces nappes de pétrole qui peuvent arriver sur les côtes. C’est un bloom algal, une poussée de phytoplancton stimulée par les rejets anthropiques de nitrates dans les rivières qui se déversent dans l’océan Atlantique. Si on parle donc souvent de marées vertes, la Floride connaît plutôt des marées rouges.

Elles sont causées par un organisme unicellulaire, Karenia brevis, un dinoflagellé photosynthétique. Il produit des toxines, les brévétoxines. Chez l’Homme, les brévétoxines peuvent être responsables du NSP (Neurotoxic Shellfish Poisoning). Lorsqu’une personne mange des mollusques ayant eux-mêmes consommé ces algues rouges, elle peut développer des douleurs musculaires, des nausées, des diarrhées, des maux de tête et une étonnante sensation de chaud lorsqu’il touche un objet froid et inversement.

Aussi appelés vaches de mer, les lamantins sont de gros mammifères herbivores. Le lamantin des Caraïbes est une espèce particulièrement menacée, et qui a disparu de nombreuses îles des Antilles. La principale cause de mortalité est la collision avec des bateaux. © Ahodges7, cc by sa 3.0
Aussi appelés vaches de mer, les lamantins sont de gros mammifères herbivores. Le lamantin des Caraïbes est une espèce particulièrement menacée, et qui a disparu de nombreuses îles des Antilles. La principale cause de mortalité est la collision avec des bateaux. © Ahodges7, cc by sa 3.0

Si cette toxine est rarement mortelle pour les êtres humains, on ne peut pas en dire autant pour les animaux marins. Depuis le mois de janvier, ces algues sont responsables du décès de plus de 170 lamantins. Sachant qu’il existe au plus 5.000 individus dans le monde entier, il s’agit d’une réelle hécatombe. La consommation d’algues les paralyse et les rend comateux. Ils sont alors capables de se noyer dans cinq centimètres d’eau !

Blooms naturels de K. brevis

Un lamantin qui est intoxiqué à K. brevis montre des problèmes de coordination et de stabilité dans l’eau. Il a des contractions musculaires, mais surtout peine à soulever la tête pour respirer. D’après la NOAA, la brévétoxine a été impliquée dans des extinctions massives de lamantins dans les années 1963, 1982, 1996, 2002 et surtout 2003, qui est un record.

K. brevis n’est pas le seul organisme du phytoplancton à causer des marées rouges, mais tous ne sont pas toxiques. Les blooms algaux sont en augmentation partout dans le monde. L’augmentation de la pollution aux nutriments stimule la croissance du phytoplancton. C’est le cas pour la Bretagne, avec les nitrates par exemple. Mais la situation au large de la Floride est un peu différente : les blooms de K. brevis se produisent en général à une soixantaine de kilomètres des côtes, l’apport par les fleuves de nutriments ne peut donc pas stimuler ces blooms.

Le phénomène des marées rouges dans le golfe du Mexique est à l’origine complètement naturel. L’efflorescence de K. Brevis se produit lorsque la température, les périodes d’ensoleillement et les courants marins sont favorables. Toutefois, si ces blooms s’approchent des côtes, comme actuellement en Floride, alors le rejet anthropique de nutriments peut contribuer au maintien de la prolifération. 


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires