Planète

Les espèces exotiques européennes placées sous surveillance

ActualitéClassé sous :zoologie , botanique , espèce invasive

Les dégâts causés par l'arrivée d'espèces invasives en Europe vont en grandissant. Afin de dresser un inventaire de la situation, le Centre commun de recherche (JRC) a mis en place un réseau européen d'information sur les espèces exotiques, soit plus de 16.000 à ce jour. Les données sont disponibles gratuitement sur Internet.

L'écureuil gris (Sciurus carolinensis) est originaire d'Amérique du Nord. Importé en Europe, il a apporté avec lui un virus qui décime les populations européennes d'écureuils roux. © Arthur Chapman, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

Les espèces exotiques posent de plus en plus de problèmes au sein des écosystèmes européens, mais pas seulement. En effet, elles semblent avoir conquis la grande majorité des milieux marins, dulçaquicoles ou terrestres de la planète, bien loin parfois de leurs habitats d'origine. Certains organismes colonisent des territoires méconnus en passant inaperçus tandis que d'autres se font remarquer. En s'habituant à leurs nouveaux environnements, généralement un peu trop bien, ils peuvent causer de nombreux dommages écologiques, économiques ou sociaux.

Sans exception, tous les grands groupes peuvent être concernés : virus, bactériesalgues, plantes dites supérieures (comme la berce géante), invertébrés (moule zébrée), oiseaux, mammifères (rat musqué), etc. Les dégâts causés peuvent être directs (disparition d'une espèce indigène à la suite d'une intense compétition) ou indirects (perturbation du fonctionnement global d'un écosystème). L'impact économique de ces espèces invasives a été estimé, rien que pour l'Europe, à quelque 12 milliards d'euros.

Le service scientifique interne de la Commission européenne, le Centre commun de recherche (JRC pour Joint Research Centre), vient de s'attaquer à ce problème grandissant en créant le réseau européen d'information sur les espèces exotiques (Easin pour European Alien Species Information Network). L'objectif est simple : inventorier toutes les espèces exotiques, dont certaines sont invasives, présentes sur le territoire européen. La tâche n'est pas simple car les intrus se comptent par milliers.

La berce géante Heracleum mantegazzianum a été découverte en 1880 au Caucase. Cette plante pouvant atteindre 4 m de haut est considérée comme une espèce invasive en Europe. Elle peut être toxique pour l'Homme. © Huhu Uet, Wikimedia common, CC by 3.0

Entre 1.600 et 2.400 espèces invasives en Europe

Plus de 16.000 espèces exotiques, donc non indigènes, ont déjà été répertoriées par l'Easin, 10 à 15 % d'entre elles sont dites invasives. Ces informations ont été collationnées en consultant, analysant et vérifiant la littérature scientifique et plus de 40 bases de données. Des cartographies des aires de répartition et des fiches de classification biologique ont été établies pour chaque intrus. Pour rappel, l'arrivée de ces organismes correspondrait à la deuxième cause de la perte de la biodiversité en Europe, la première étant la destruction des habitats.

Les internautes peuvent d'ores et déjà consulter gratuitement des informations géoréférencées provenant des bases de données en ligne suivantes : le GBIF (Global Biodiversity Information Facility), le Gisin (Global Invasive Species Information Network) et le Reabic (Regional Euro-Asian Biological Invasions Centre). Cette liste devrait s'allonger dans les mois à venir. Les données (répartition, voie d’introduction, milieu de vie, etc.) peuvent être visibles en tapant un nom précis ou en réalisant des recherches multicritères, afin par exemple de trouver les espèces invasives présentes dans son voisinage. 

La prochaine étape de la lutte contre les espèces invasives consistera à utiliser l'ensemble des données récoltées pour, selon le communiqué de presse du Centre commun de recherche, élaborer des propositions spécifiques destinées à durcir la législation dans ce domaine.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi