Non, il ne s'agit pas du scénario d'un film catastrophe tourné sur l'un des deux plus longs fleuves sur Terre (avec le Nil), mais bien de la conclusion des travaux menés par un jeune chercheur et son promoteur. D'après ces géologues de l'UNC (University of North Carolina), l'Amazone a coulé, par le passé, de l'Océan Atlantique vers le Pacifique, à l'opposé de sa direction actuelle.
Cela vous intéressera aussi

A l'origine de cette découverte, une étude, menée par Russel Mapes avec l'aide du Dr. Drew Coleman, initialement destinée à déterminer la vitessevitesse à laquelle les sédimentssédiments voyagent sur l'AmazoneAmazone, depuis les Andes jusqu'à l'Océan Atlantique. En s'intéressant aux roches sédimentairesroches sédimentaires dans le bassinbassin du fleuve, il a découvert, dans la région centrale de l'Amérique du Sud, des minérauxminéraux antiques ne pouvant provenir que de montagnes, maintenant érodées, de la partie orientale du continent, chose impossible si l'Amazone avait toujours coulé vers l'est.

 La forêt amazonienne traversée par l'Amazone<br />Crédits : NASA

La forêt amazonienne traversée par l'Amazone
Crédits : NASA

L'explication retenue par Mapes est que ces sédiments proviennent d'une région montagneuse qui s'est formée au CrétacéCrétacé, entre 65 et 145 millions d'années avant notre ère. Cette montagne a du renverser l'écoulement du fleuve vers l'ouest, permettant à des sédiments vieux de 2 milliards d'années d'atteindre le centre du continent. Une crête relativement basse, la Voûte de Purus, qui existe toujours, s'est dressée au milieu du continent, divisant l'écoulement de l'Amazone - à l'est vers l'atlantique et à l'ouest vers les Andes. A la fin du Crétacé, les Andes ont commencé à grandir, donnant naissance à un bassin entre les montagnes et la Voûte de Purus. Quand ce bassin occidental fut suffisamment rempli, probablement après la fin du MiocèneMiocène, le fleuve creusa une brèche avant d'adopter sa direction actuelle.

Comme le souligne Mapes, ce qu'ils ont découvert illustre bien que « la surface de la terreterre est très transitoire. Bien que l'Amazone semble permanente et invariable, elle est en fait passée par trois stades différents de drainagedrainage depuis le mi-Crétacé, une courte période du point de vue géologique ».

Auparavant, d'autres recherches avaient déjà mis en évidence un renversement du flux, mais pour une partie du fleuve seulement. En collectant des échantillons sur près de 80% du bassin amazonique, Mapes et Coleman ont validé les résultats précédents, tout en étendant les conclusions à l'échelle du continent.