Suite aux vagues de froid qui ont sévi dans l’hémisphère sud, des millions de poissons et d'autres animaux aquatiques du fleuve Amazone ont péri cet été en Bolivie. Les raisons ne sont pas encore limpides, mais il est certain que cet événement sera lourd de conséquences.
Cela vous intéressera aussi

L'été 2010 dans l'hémisphère nordhémisphère nord a été particulièrement chaud, accompagné de canicules en Russie et de moussons impressionnantes au Pakistan. Si ces phénomènes correspondent plus ou moins à l'image réductrice que l'on se fait du réchauffement climatiqueréchauffement climatique global annoncé par la communauté scientifique, des événements opposés font aussi parler d'eux. Des vaguesvagues de grand froid ont touché la planète cet hiverhiver, notamment en Europe, coûtant la vie à de nombreuses personnes. Aujourd'hui, c'est dans l'hémisphère sudhémisphère sud, où sévit actuellement une saisonsaison hivernale particulièrement rude, que les victimes sont à déplorer. Dans les villes, mais aussi dans les fleuves.

Six millions de poissonspoissons mais aussi des milliers de reptilesreptiles et de dauphins des rivières ont été retrouvés morts dans l'AmazoneAmazone. Les scientifiques ayant constaté les dégâts estiment qu'il s'agit de la catastrophe écologique la plus importante que la Bolivie ait connue. Michel Jégu, chargé de recherches à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et qui travaille actuellement au muséum d'histoire naturelle, et Noel Kempff Mercado à Santa Cruz en Bolivie, affirment que « dans les rivières près de Santa Cruz, il y a environ 1.000 poissons morts par 100 mètres de rivière ».

Cette quantité impressionnante de poissons morts provoque une pollution du fleuve sans précédent. Une source alternative d'eau potable a dû être trouvée pour les villes voisines. De plus, les pêcheurs n'ont plus l'autorisation de travailler dans ces eaux, d'une part pour éviter d'aggraver le désastre en pêchant les derniers poissons ce qui rendrait le repeuplement impossible, mais également pour éviter de consommer des animaux potentiellement contaminés.

Le nombre de poissons retrouvés morts dans le fleuve Amazone est sans précédent. De futures études devraient permettre d'en connaître la cause exacte. Crédits DR

Le nombre de poissons retrouvés morts dans le fleuve Amazone est sans précédent. De futures études devraient permettre d'en connaître la cause exacte. Crédits DR

Du froid… mais pas seulement

L'épisode de froid semble être dû à une masse d'airmasse d'air en provenance de l'AntarctiqueAntarctique qui s'est installée sur la région sud de l’Amérique au cours du mois de juillet. Cette vague de froid aurait aussi entraîné la mort de 550 manchots sur les côtes du Brésil, de milliers de bêtes de bétail au Paraguay et au Brésil mais aurait aussi emporté de nombreuses vies humaines. Alors que la température moyenne du fleuve est de 15°C, les relevés n'indiquaient pas plus de 4°C. La faible température de l'air, elle, n'a été battue que par le record de 1955 où un tout petit 2,5°C avait été enregistré à la même date.

Mais si le froid est la raison invoquée par beaucoup pour expliquer l'hécatombe, il n'est probablement pas le seul responsable. Il ne serait qu'un catalyseurcatalyseur qui engendrerait les causes directes des dégâts observés. Habituellement, le froid provoque une mortalité des poissons par asphyxieasphyxie car l'eau froide de surface empêche les échanges dans la colonne d'eau et limite l'oxygénation. Mais l'Amazone est une rivière où l'eau est perpétuellement en mouvementmouvement et où l'hypoxiehypoxie est peu probable.

Affaiblis par le froid, les poissons pourraient être plus facilement la cible de maladies. En effet, des taches blanches ont été observées sur beaucoup d'individus, indiquant que les poissons sont probablement victimes d'une infection par un microorganismemicroorganisme. Mais d'autres hypothèses ne sont pas à écarter. L'agricultureagriculture locale pratique toujours la culture sur brûlis, une activité qui implique la destruction des zones en friche par le feufeu. La superficie des régions parties en fumée a battu des records cette année, formant une intense fumée qui a pu être en partie absorbée par l'eau des rivières et favoriser la mortalité.

A l'heure actuelle, les causes d'un tel désastre ne sont pas établies mais il semble évident que les conséquences seront tragiques. De nouveaux projets de recherche devraient débuter en octobre pour analyser plus en détail les causes de ce désastre et éviter que l'histoire ne se répète.