Pour David Gruber, professeur à la City University de New York (États-Unis), les requins sont des créatures formidables dotées de super-pouvoirs fascinants. Ainsi un incroyable sens de l’odorat ou des ampoules de Lorenzini qui leur permettent de détecter des champs électromagnétiques. Et la capacité d’émettre une lumière verte fluorescente comme nul autre sous l’eau. © PIRO4D, Pixabay License

Planète

Le secret des requins fluorescents enfin percé

ActualitéClassé sous :requin , requin fluorescent , Biofluorescence

Au fond des océans, on peut croiser des requins qui émettent une lumière verte fluorescente. Peut-être pour communiquer entre eux. En tout cas désormais, les chercheurs ont une idée précise de la façon dont le phénomène se produit.

Certains requins, tapis au fond des océans, émettent une lumière fluorescente verte. Et des chercheurs ont identifié les molécules à l'origine de cette fluorescence. Une fluorescence « très différente de toutes les autres formes de fluorescence marine », notamment des méduses ou du corail, explique à l'AFP, David Gruber, professeur à la City University de New York (États-Unis).     

L'étude se penche sur deux espèces de requins, le roussette maille (Scyliorhinus retifer) et le requin-houle (Cephaloscyllium ventriosum), que le chercheur a pu observer en plongeant dans le Scripps Canyon, au large de San Diego (États-Unis). « Ils font environ un mètre de long, restent au fond, sont assez timides et ne nagent pas très bien », décrit le chercheur, qui a remarqué que leur peau avait deux tons : un clair et un foncé.

Absorber la lumière bleue

Les chercheurs ont extrait une molécule fluorescente se trouvant uniquement dans les zones les plus claires de la peau. Elle permet aux requins d'absorber la lumière bleue -- la seule à leur parvenir aux plus de 30 mètres de profondeur auxquels ils vivent -- pour émettre dans le vert. Une petite molécule plutôt qu'une protéine.

David Gruber a relevé au cours de ses plongées que les requins évoluaient en groupes, de deux à dix individus. Leur fluorescence, avance-t-il, pourrait ainsi les aider à s'identifier ou à différencier les sexes. Selon les chercheurs, une meilleure connaissance de la fluorescence des animaux marins pourrait à terme permettre des avancées en matière d'imagerie médicale. La découverte montre en tout cas à quel point les requins, animaux pourtant ancestraux, renferment encore de nombreux secrets.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Un étonnant crapaud au squelette fluorescent  Au Brésil, il est un crapaud qui a trouvé un moyen étonnant de faire oublier sa toute petite taille. Éclairés par une lampe UV, sa tête et son dos se mettent à briller. À cause d’un squelette hautement fluorescent, expliquent les chercheurs. Une nouvelle curiosité de la nature à découvrir en vidéo.