Tous les pays n’ont pas encore interdit la distribution de sacs plastique à usage unique. © Artem, Adobe Stock
Planète

Journée sans sacs plastiques : où en est-on de leur interdiction dans le monde ?

ActualitéClassé sous :pollution plastique , sac plastique , sac plastique à usage unique

[EN VIDÉO] Le plastique, c’est pas automatique  Chaque année, plus de 400 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde. Soit plus de 50 kilos par habitant et par an ! 

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale sans sacs plastique. « Comment ça ? Mais je croyais que les sacs plastique étaient interdits !? »... En France, oui. Mais ce n'est pas encore le cas partout. Alors, petit tour d'horizon.

Un sac plastique à usage unique, il ne faut pas plus d'une seconde pour le fabriquer. Mais il lui faut plusieurs centaines d'années pour se dégrader. Entre-temps, il n'aura pas été utilisé plus de quelques dizaines de minutes. Et aura probablement fait un petit tour par le système digestif de quelque animal innocent. Le menant à une mort assez certaine.

En France, les sacs plastique sont interdits en caisse depuis le 1er juillet 2016 déjà. Déjà ? Eh bien pas vraiment en réalité, parce que figurez-vous que le Bangladesh avait interdit les sacs en plastique dès 2002. Une première dans le monde. Parce que lesdits sacs commençaient à boucher les systèmes de drainage du pays. En 2012, c'était au tour d'Haïti qui sentait son littoral et ses mangroves menacés. Un certain nombre d'îles lui avaient emboité le pas.

Mais, dans certains pays, les choses étaient -- et sont parfois encore toujours -- plus compliquées. Le Danemark, par exemple, avait fait le choix de la taxation des sacs de caisse dès 1994. Mais il aura fallu attendre 2021 pour que le pays en vienne à l'interdiction. Le Japon, lui, se débat toujours avec sa dépendance au plastique. Là-bas, les sacs de caisse sont simplement payants depuis 2020, et pour la modique somme de 3 centimes d'euros. La facturation des sacs en plastique vient par ailleurs tout juste d'entrer en vigueur du côté de Dubaï.

Avant leur interdiction, il se distribuait chaque année des milliards de sacs plastiques à usage unique dans notre pays. Début 2010, il se consommait encore un million de sacs plastiques à usage unique dans le monde… à chaque minute ! © mykolastock, Adobe Stock

Vers un accord international ?

Aux États-Unis, la situation est plus complexe encore. Il y a des États qui ont interdit l'usage de sacs en plastique. La Californie, par exemple. Le New Jersey a même voté récemment l'interdiction de tous les sacs à usage unique -- y compris ceux en papier. Alors même que la pandémie de coronavirus avait eu pour effet collatéral de faire grimper leur utilisation. Les lobbyistes du plastique accusant les sacs à usage multiple d'être des foyers de développement du virus. Mais d'autres États ont tout simplement interdit... d'interdire les sacs plastiques. C'est le cas du Missouri, par exemple.

Aujourd'hui, la majorité des pays ont adopté des mesures d'interdiction. Quelque 115 au total. Parfois avec quelques difficultés de mise en application. Au Kenya, par exemple, où l'interdiction des sacs en plastique à usage unique est peut-être la plus stricte au monde. Elle est entrée en vigueur en 2017 et a généré un véritable marché de contrebande.

Parce que les règles, finalement, diffèrent d'un pays à l'autre. Certains autorisent par exemple les sacs plastique de plus de 50 micromètres d'épaisseur. C'est le cas de la France. D'autres ont placé la barre à 40 micromètres. C'est pourquoi de plus en plus d'États appellent désormais à la signature d'un traité mondial. Ils sont plusieurs à avoir commencé à discuter des modalités.


Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !