Planète

Le xénocératops, ce cousin canadien du tricératops

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , dinosaure à cornes

Le plus vieux dinosaure de la famille des cératopsidés trouvé au Canada vient d'être décrit. Xenoceratops foremostensis, un cousin du tricératops, arborait 5 cornes sur la tête, dont 2 au sommet de sa collerette osseuse. Cet animal herbivore qui vivait au Crétacé supérieur pouvait mesurer jusqu'à 6 m de long et peser 2 t. 

L'artiste Julius Csotonyi nous livre sa vision du Xenoceratops foremostensis. Ce dinosaure herbivore découvert au Canada ressemble fortement à son cousin le tricératops. © Julius T. Csotonyi 2012

Voilà 83,5 à 65,5 millions d'années, l'Amérique du Nord était peuplée de grands dinosaures herbivores appartenant à la famille des cératopsidés. Son plus illustre représentant, depuis sa mise en scène dans un film de Spielberg, n'est autre que le tricératops. Ces lourds quadrupèdes présentaient une morphologie crânienne particulière due à la présence d'une collerette osseuse élaborée et de cornes imposantes. 

Les badlands canadiennes sont particulièrement riches en fossiles de cératopsidés. De nombreux os sont extraits chaque année de la formation du Dinosaur Park, une unité géologique datant du Campanien située entre l'Alberta et la Saskatchewan. Les formations sous-jacentes d'Oldman puis de Foremost sont moins explorées, notamment car elles sont pauvres en fossiles. Pourtant, elles renfermeraient de véritables trésors paléontologiques. La description récente du Xenoceratops foremostensis dans la Revue canadienne des sciences de la Terre (CJES) peut en témoigner.

Mais la découverte des ossements de cette espèce n'est pas récente. Ils ont en effet été trouvés par Wann Langston Jr. en 1958... puis oubliés dans les collections du Musée canadien de la nature à Ottawa. Michael Ryan, du Cleveland Museum of Natural History, les a dépoussiérés, avec l'aide de David Evans et de Kieran Shepherd, voici quelques années. Selon ses estimations, ils appartenaient à trois individus vieux de 78 millions d'années, ayant vécu au Crétacé supérieur, qui auraient pu atteindre 6 m de long et peser 2 t. 

Reconstitution des os pariétaux de centrosaurinés chez Xenoceratops foremostensis (A), Centrosaurus apertus (B), Styracosaurus albertensis (C), Achelousaurus horneri (D), Albertaceratops nesmoi (E), Pachyrhinosaurus lakustai (F), Einiosaurus procurvicornus (G) et Diabloceratops eatoni (H). Les deux longues cornes situées sur la collerette du Xenoceratops sont bien visibles. © Michael Ryan et al., 2012, Canadian Journal of Earth Sciences

Un dinosaure herbivore pourvu de 5 cornes

Les fossiles se composaient de fragments d'os pariétaux, de squamosaux et d'os nasaux. Ils pouvaient donc fournir des informations sur le nez et la collerette de cette espèce classée dans un nouveau genre. Xenoceratops, littéralement la « face cornue étrange », possédait deux grandes cornes sur le dessus des yeux et deux autres sur le dessus de la collerette (dont le bord était par ailleurs épineux). Il devait également disposer d'un bec ressemblant à celui des perroquets. 

Selon l'analyse d'un squamosal, Xenoceratops foremostensis aurait appartenu au groupe des centrosaurinés, au même titre que les Styracosaurus (6 longues cornes sur la collerette et 1 sur le nez) et Centrosaurus (1 seule corne sur le nez). Il devait en effet également posséder une petite corne sur l'extrémité antérieure de son museau. Les tricératops font quant à eux partie de l'autre sous-groupe de cératopsidés, les chasmosaurinés, qui renferme des espèces ayant des cornes au-dessus des yeux.

Le xénocératops aurait vécu 0,5 million d'années avant l'albertacératops, ce qui ferait de lui le plus vieux grand dinosaure à cornes mis au jour au Canada. Il est cependant plus jeune d'un million d'années que le diablocératops trouvé dans l'Utah aux États-Unis (formation de Wahweap). Sa découverte pourrait fournir de précieuses informations sur l'évolution des cératopsidés au tout début de leur existence, notamment pour comprendre à quoi ressemblaient les premiers centrosaurinés et comment leurs ornementations crâniennes ont évolué.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi