Planète

Des traces de morsures sur une mâchoire d’ichthyosaure

ActualitéClassé sous :paléontologie , ichthyosaure , morsures

De rarissimes traces de morsures ont été retrouvées sur une mâchoire d'ichthyosaure vieille de 120 millions d'années. L'animal marin, qui n'était pas un dinosaure, a semble-t-il survécu à un combat avec un autre membre de son espèce, si l'on en juge par les caractéristiques des morsures.

Une reconstitution d'artiste d'un ichthyosaure. © Josh Lee (Adelaide) "Dinosaurs in Australia" by BP Kear and RJ Hamilton-Bruce (CSIRO Publishing)

Il y a environ 120 millions d'années, l'Australie ne s'était pas encore séparée de l'Antarctique et les deux continents faisaient partie du Gondwana, un supercontinent. Du fait de la dérive des continents, les roches de l'actuelle Australie étaient bien plus proches du pôle Sud et les restes fossilisés d'ichthyosaures que l'on a retrouvé dans le désert, pas très loin de la ville de Marree, appartenaient à un animal nageant dans un océan polaire.

Les ichthyosaures de l'époque étaient des reptiles marins qui, pour des raisons de convergences évolutives liées aux lois de l'hydrodynamique, avaient une forme de dauphin. Il s'agissait donc de prédateurs particulièrement rapides. Ils pouvaient atteindre 6 mètres de long à l'âge adulte et possédaient une centaines de dents similaires à celles des crocodiles.

Sur cette photo du fragment de mâchoire d'un ichthyosaure, le reste d'une morsure cicatrisée dans l'os est bien visible tout en bas. © Jo Bain, South Australian Museum

En tentant de rassembler les diverses pièces du puzzle que constituent les restes de l'animal trouvé en Australie, les paléontologues ont découvert d'intrigantes marques sur sa mâchoire inférieure. Visiblement, ils s'agissaient de morsures dans l'os mais qui montraient une cicatrisation. L'animal avait donc survécu suffisamment longtemps à sa blessure pour que celle-ci guérisse.

On pouvait penser qu'il s'agissait des traces d'un combat avec un prédateur. Mais selon les chercheurs qui ont publié les conclusions de leurs analyses concernant les os de cet animal dans un article de Acta Palaeontologica Polonica, une autre interprétation est préférable.

Un combat entre mâles ?

En effet, rien que la présence de ces traces sur le museau de l'animal, et pas sur d'autres parties du corps, ne cadre pas bien avec l'hypothèse de l'attaque d'un prédateur. De plus, la taille et l'espacement des morsures n'évoquent celles des dents d'aucun prédateur connu de l'époque. Par contre, elle fait bien penser à celles qu'aurait laissé un combat avec un congénère de l'ichthyosaure.

Si cette interprétation est exacte, elle est très intéressante car elle donnerait une information sur le comportement de ces reptiles marins. En effet, de nos jours, des traces similaires apparaissent lorsque des animaux d'une même espèce s'affrontent pour de la nourriture, un territoire ou encore un partenaire pour la reproduction.

Cela vous intéressera aussi