Planète

Comment les dinos faisaient-ils l'amour ? Avec précaution !

ActualitéClassé sous :paléontologie , mois des dinosaures , dinosaures

Ils ont dominé la Terre pendant 150 millions d'années. Ils fascinent les paléontologues. Ils étaient grands, ils étaient forts et ils se reproduisaient. Oui mais comment ? Avec précaution, comme les porcs-épics ! 

La reproduction chez les dinosaures est un problème de taille. © DR

La reproduction des dinosaures est une question scientifique des plus sérieuses, qui passionne les scientifiques. Le problème est épineux. Pourtant, il a bien fallu que les dinosaures se reproduisent avec succès pour dominer la Terre pendant autant de millions d'années. Comment les stégosaures, par exemple, arrivaient à avoir des rapports sexuels sans s'entretuer ? Si nous ne savons rien ou presque aujourd'hui des organes qui permettent la reproduction c'est parce que les tissus se conservent mal et les fossiles retrouvés n'offrent aucune réponse.

Les paléontologues pensent que la majorité des dinosaures n'avaient pas de pénis à proprement parler mais plutôt, comme la plupart des oiseaux et des reptiles modernes, une unique cavité, le cloaque, au triple emploi : copulation, défection et miction. Si c'est bien le cas, la pénétration aurait pu avoir lieu quand la poche du mâle, remplie de sang, aurait gonflé dans la poche de la femelle. Cette opération aurait pu se révéler délicate voire périlleuse au vu de la taille des spécimens comparée à la taille de l'orifice (une vingtaine de centimètres) et la présence d'une queue antérieure. Ce « baiser cloacal »  d'à peine quelques secondes pour certains animaux aujourd'hui, aurait pu se réaliser dans l'eau ou dans la boue. Les dinosaures auraient alors profité du phénomène de flottaison pour pallier le délicat problème de l'accostage.

Comment le stégosaure faisait-il pour se reproduire ? Un problème épineux © Domaine public

La règle d'or, un problème... de taille !

Halshead a étudié la possibilité de l'existence d'un sexe chez les dinosaures. Ils auraient eu à respecter la règle d'or (à savoir de toujours laisser un pied au sol) sous peine d'écraser la partenaire. Cette opération aurait alors requis beaucoup de délicatesse et une grande précision. Halshead précise que la longueur du pénis aurait été de 3 mètres de long. Mais il n'y a aucune évidence de l'existence d'un tel membre, précise Roger Seymour, professeur à l'Université d'Adélaïde en Australie.

Stuart O. Landry Jr, professeur émérite de biologie à l'Université de New York à Binghamton dément cette théorie et affirme que la scène d'un dinosaure posté sur ses pattes arrière pour copuler est plus qu'improbable. Le cœur aurait été incapable d'alimenter le cerveau de l'animal en sang. Roger Seymour a confirmé cette affirmation, la pression sanguine de l'animal aurait alors été de plus de sept fois celle d'un mammifère normal. Mais il souligne également que ce problème n'existe que si le cou reste vertical. Il cite également comme exemple la girafe qui a un cœur 75 % plus grand que les autres mammifères et une pression sanguine deux fois plus élevée. 

La question de la reproduction n'a pas fini de déchaîner les passions. Tant qu'il n'y aura pas de fossiles d'organes génitaux, il sera impossible de confirmer ou d'infirmer avec certitude ces hypothèses.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi