Planète

Campagne océanographique dans le lagon de Nouvelle-Calédonie

ActualitéClassé sous :océanographie , navire océanographique , satellite

L'Alis, le navire océanographique de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), repart en campagne dans le lagon qui entoure la Nouvelle-Calédonie, du 1er au 14 février 2006. Les océanographes pourront ainsi contribuer à améliorer l'interprétation des images satellites du lagon sud-ouest de la Nouvelle-Calédonie.

Ce lagon est connu pour sa grande biodiversité et la fragilité de ses récifs coralliens. Grâce aux images satellites, il est possible de cartographier, par exemple, les divers types de récifs (frangeant, barrière, etc.). Des modèles ont été établis pour interpréter les images satellites et dresser ainsi des atlas des récifs coralliens.

Les images permettent également de dresser des cartes des paramètres qui modifient la couleur de l'eau et qui sont liés à la composition de l'eau et à la nature des fonds.

En effet, la colonne d'eau possède des propriétés optiques d'absorption et de diffusion de la lumière qui varient en fonction de la profondeur, de sa composition et de la nature des fonds (vases ou sable). Ainsi la concentration en chlorophylle (de couleur verte) liée au phytoplancton, comme la présence de particules en suspension influencent-elles la couleur de l'eau.

Les propriétés optiques de l'eau varient en fonction de la profondeur et de la composition de la colonne d'eau. © IRD/ P. Laboute.

Si l'interprétation des données satellites par hauts fonds est fiable, elle doit encore être affinée pour des profondeurs inférieures à 20 mètres. "Il est difficile de discriminer actuellement un fond recouvert d'algues d'un fond recouvert d'herbiers", explique Sylvain Ouillon, océanographe à l'IRD responsable de cette mission. Or, ces deux types de fonds correspondent à des habitats différents, certains pouvant constituer des lieux favorables au recrutement des jeunes poissons.

Une campagne en mer est donc organisée pour effectuer des mesures de terrain, parallèlement aux passages de satellites. "Nous avons prévu de prospecter 140 stations, entre la passe de Dumbéa et la passe de Boulari, et depuis le récif Aboré jusqu'à la côte, notamment autour des îlots Laregnère, Signal et Maître", décrit Sylvain Ouillon. La température, la salinité, la turbidité de la colonne d'eau, la taille des particules en suspension et les propriétés optiques des éléments en suspension et dissous seront mesurées grâce à des profileurs.

L'Alis au large de l'île des Pins, Nouvelle-Calédonie. © IRD/L. Mattio

Les scientifiques détermineront également la nature et l'abondance des organismes photosynthétiques.

Les données permettront d'étudier la variabilité dans l'espace (de la surface au fond et sur l'ensemble du lagon sud-ouest) et dans le temps des propriétés optiques de l'eau par petits fonds. Elles permettront également d'affiner les algorithmes d'interprétation des images satellites.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi