Durant une expédition dans les profondeurs des Caraïbes, des chercheurs ont fait une découverte étonnante : une espèce inconnue d'animal immobile mou, bleu et gélatineux !

Durant une expédition dans les Caraïbes, des chercheurs ont découvert un petit organisme jamais observé jusqu'à aujourd'hui. Dans les fonds marins, entre 407 et 611 mètres de profondeur, ils ont trouvé d'étranges créatures immobiles, impossibles à identifier pour le moment, d'aspect bleu et légèrement spongieux. Les scientifiques pensent qu'il pourrait s'agir « d'un corail mou, d'une éponge ou d'un tunicier... mais pour le moment, cela reste un mystère », décrit la NOAA

Révélées lors d'une diffusiondiffusion en direct de l'expédition grâce à un véhicule télécommandé, les images ont intrigué les internautes et les chercheurs : rien de tel n'avait été vu avant ! Plusieurs de ces créatures ont été aperçues depuis le 30 août dernier au large de l'île de Sainte-Croix, l'une des îles Vierges américaines dans la mer des Caraïbes

Une exploration qui dure depuis le mois de mai 2022

Cette découverte s'est faite dans le cadre de l'expédition « Voyage to the Ridge 2022 » de la NOAANOAA, qui vise notamment à mieux comprendre la formation et les écosystèmes des eaux profondes de la zone de fracture Charlie-Gibbs, de la dorsale médio-atlantique et du plateau des Açores. Dans ces zones, les plongées par véhicule télécommandé permettent d'atteindre jusqu'à 6.000 mètres de profondeur ! Il a déjà fait différentes découvertes, comme celle d'empreintes mystérieusement alignées au fond des océans !

Mais, parfois, ce sont d'étranges créatures, comme dans ce cas précis, qui se dévoilent. « Il y a toujours au moins une chose qui vous étourdit », a déclaré l'un des chercheurs dans un communiqué de livescience. Pour l'instant, l'éventuel corail mou n'a pu être qu'observé. Les chercheurs estiment que, tant qu'un échantillon n'aura pas été prélevé, l'identification demeurera impossible. Il existe, de plus, près de 2.000 espèces de coraux mous, 8.500 espèces d'éponges, et 3.000 espèces de tuniciers, rendant la spécification du spécimen retrouvé d'autant plus compliquée.