Venin ou toxines diverses. Pour se défendre d’une attaque, de nombreux animaux optent pour les armes chimiques. Mais ceux qui sont prêts à jouer les kamikazes sont plus rares. Parmi eux, une nouvelle espèce de fourmi qui vit à Bornéo.
Cela vous intéressera aussi

Dans la canopéecanopée de la forêt de Bornéo, des chercheurs ont découvert une espèceespèce jusqu'alors inconnue de fourmi. Une espèce qu'ils ont baptisée Colobopsis explodens, en référence à son étrange technique de défense contre les attaques ennemies. Ces fourmis en effet n'hésitent pas à jouer les kamikazes, faisant exploser leur abdomenabdomen pour libérer une substance toxique, jaune et visqueuse, qui sera fatale à l'assaillant.

Ce sens exacerbé de l'abnégation est aussi qualifié d'autothysis, du grec signifiant « sacrifice de soi ». Il reste rare dans le monde animal et semble l'apanage de quelques espèces sociales tels la fourmifourmi, le termite ou l'abeille. Et les Colobopsis explodens semblent particulièrement promptes à se faire exploser les entrailles en cas de danger. C'est pourquoi les chercheurs comptent en faire une espèce modèle de l'étude de ce comportement.

Trois fourmis kamikazes attaquent une fourmi ennemie. Le zoom de droite laisse découvrir la substance jaune toxique expulsée par leur abdomen. © Alexey Kopchinskiy, Université de Vienne

Trois fourmis kamikazes attaquent une fourmi ennemie. Le zoom de droite laisse découvrir la substance jaune toxique expulsée par leur abdomen. © Alexey Kopchinskiy, Université de Vienne

Se faire exploser l’abdomen

Comment s'y prennent-elles ? En contractant si fort une partie de leur abdomen, le gaster, que celui-ci se rompt, expulsant une sécrétionsécrétion jaune peu ragoûtante - mais dégageant une odeur de curry pas désagréable - produite par les glandesglandes de la mâchoire des fourmis. Mais seules les ouvrières de seconde zone, les plus frêles de la colonie, sont capables d'un tel sacrifice.

Les ouvrières en chef, quant à elles, assurent la protection de la colonie grâce à une autre particularité. Elles présentent en effet des têtes élargies en forme de bouclier qu'elles déploient afin de bloquer temporairement les entrées de leur nid lorsqu'une menace se fait sentir.