Du plancton « fantôme » prouve la survie des microalgues malgré les événements de réchauffement climatique passés. © Slater et al, 2022
Planète

Ces fossiles « fantômes » très anciens éclairent sur des réchauffements climatiques du passé

ActualitéClassé sous :Fossile , Réchauffement climatique , paléontologie

[EN VIDÉO] Chroniques du plancton : les diatomées, ces algues à la carapace de verre  Les diatomées sont d'étonnantes algues microscopiques protégées par une carapace de silice. Reines de la photosynthèse, elles produisent un quart de l’oxygène de notre planète. Christian Sardet, directeur de recherche au CNRS, nous emmène à leur rencontre en vidéo, dans cet épisode des Chroniques du Plancton. 

La probabilité de trouver un fossile de vertébré est faible, alors imaginez quelle est celle de découvrir les empreintes minuscules de microalgues témoins du réchauffement et de l'acidification des océans au Jurassique et au Crétacé ! Une nouvelle étude décrit la découverte de minuscules algues au squelette calcifié sous forme de plancton « fantôme ».

Les dernières preuves de l'existence d'un organisme à la surface de la Terre n'en finissent pas de surprendre les paléontologues... Une équipe de recherche vient en effet de publier dans le journal Science la découverte de microfossiles pour le moins inhabituels. Ces fossiles sont ceux de coccolithophores, des algues marines unicellulaires et microscopiques (<1 mm de diamètre) qui peuplent encore les océans aujourd'hui et qui présentent la particularité de produire des plaques calcaires (les coccolithes) en périphérie de la cellule. Or, ces microalgues étaient absentes du registre fossile au cours des trois périodes majeures de réchauffement climatique ayant eu lieu au cours du Jurassique et du Crétacé, soit il y a 94, 120 et 183 millions d'années.

De minuscules traces de plancton « fantôme »

Les auteurs de l'étude apportent pourtant la preuve de la présence de ces microalgues au cours de tels épisodes, sous la forme de fossiles « fantômes ». Il s'agit en fait des empreintes que ce plancton calcifié a laissées sur des surfaces de pollen fossilisé au fond de la mer !

Les empreintes minuscules des coccolithes ont été trouvées sur du pollen fossilisé. © Slater et al, 2022

L'un des auteurs, le Dr Twitchett, indique d'ailleurs que ce plancton était abondant, diversifié et en plein essor au cours des précédents événements de réchauffement du climat. Le Dr Slater ajoute que les efflorescences de microalgues planctoniques au cours des réchauffements passés ont contribué à l'expansion des zones mortes en milieu marin et qu'une tendance similaire pourrait se dessiner dans le contexte actuel, ce qui reste encore à vérifier.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !