Illustration de T. hydroides qui possédait un cou long de trois mètres ainsi qu'une tête aplatie adaptée au monde aquatique. © Emma Finley-Jacob
Planète

Ce reptile terrifiant avait un cou trois fois plus long que son corps !

ActualitéClassé sous :Fossile , reptile , dinosaure à long cou

Pendant le Trias, un reptile monstrueux vivait dans l'Europe actuelle. Avec son long cou, il vivait dans un milieu aquatique et se nourrissait de poisson. Cette espèce a longtemps posé des problèmes aux paléontologistes qui ne parvenaient pas à réunir ses fossiles.

Il y a 242 millions d'années, en plein cœur du Trias, un reptile marin géant vivait près des côtes. Ce dernier avait un cou extraordinairement long qui mesurait plus de trois fois la taille de son corps (sans la queue). De nombreux ossements de cette espèce, appelée Tanystropheus, sont parvenus jusqu'à nous - découverts en Europe, en Israël et en Chine. Mais les paléontologistes se sont retrouvés devant un véritable puzzle dont les pièces ne s'assemblaient pas.

En effet, en assemblant les fossiles collectés dans plusieurs pays, les scientifiques se retrouvaient avec deux squelettes différents. Un, plus modeste, qui mesurait environ 1,50 mètre et un second, monstrueux, qui dépassait les six mètres, dont le cou seul mesurait trois mètres et n'était composé que de 13 vertèbres géantes. La première hypothèse a été de dire que le petit squelette était un juvénile et le grand un adulte. Mais une nouvelle étude d'un crâne du spécimen appartenant au plus grand des deux spécimens vient la contredire.

La comparaison de taille entre T. hydroides (le plus grand), T. longobardicus (le plus petit) et un plongeur. © Emma Finley-Jaboc

Deux espèces différentes au long cou

Grâce au scanner, les paléontologistes ont pu mettre en lumière plusieurs structures qui témoignent d'un mode de vie aquatique, comme des narines placées en haut de la tête et une structure plus aplatie que le crâne du petit Tanystropheus. Les scientifiques ont donc conclu que les ossements appartenaient à deux espèces distinctes : Tanystropheus longobardicus, le plus petit, et Tanystropheus hydroides, le plus grand.

Les deux semblent avoir vécu dans un environnement aquatique et dans la même région, mais la structure de leurs dents semble indiquer qu'ils avaient un régime alimentaire différent. T. hydroides devait se nourrir de poisson qu'il pouvait attraper sans se faire repérer grâce à son cou hors du commun.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !