Planète

Dépollution des émissions des moteurs diesels par plasma

ActualitéClassé sous :développement durable , dépollution , émission

Daihatsu Diesel, en collaboration avec l'université d'Osaka, a développé une technique de dépollution des gaz d'échappement des moteurs diesels des navires utilisant la technologie plasma. 80 à 90% des oxydes d'azote (NOx) et des particules (PM) émises sont éliminées.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Les PM sont capturées par un filtre en forme de râpe puis sont décomposées par le plasma. Parallèlement, le CO dégagé est transformé en CO2, lui-même éliminé par une solution de sulfite. Le coût de fonctionnement est seulement de 25% par rapport aux techniques employées actuellement.

Tout comme les automobiles, les gaz d'échappement des bateaux polluent. Crédits : http://www.cedre.fr

La règlementation concernant les émissions de gaz dans le secteur naval est largement en retard par rapport à celui de l'industrie automobile. L'International Maritime Organization, agence de l'ONU, discute en ce moment même des mesures à prendre concernant la pollution par le diesel. Les objectifs provisoires sont une réduction de 15 à 25% des émissions de NOx d'ici 2011 par rapport à 2007, et de 40 à 80% pour 2015. Rien n'a encore été fixé pour les PM. Les technologies actuelles employées dans les camions et les bus suffiraient à atteindre ces valeurs mais elles nécessitent l'utilisation de métaux précieux comme catalyseur (Pt par exemple) ainsi que la mise en place de conteneurs pour l'ammonium et l'urée rejetés après dépollution. Une augmentation des prix de tels systèmes est d'ores et déjà prévisible.

Le nouveau procédé est très efficace pour éliminer les PM, rejetées en grandes quantités par les navires étant donné l'emploi de mazout comme combustible. Il pourra par ailleurs être appliqué aux chaudières de petites et moyennes tailles. Selon une étude de l'UE, en 1990, 15% des émissions de NOx étaient dues au naval. En 2010, elles représenteront 23%. Il devient alors absolument nécessaire d'intervenir pour diminuer ces pollutions, aussi bien d'un point de vue règlementaire que technologique.

Par Daphné Ogawa

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi