Planète

Un index UV record mesuré par hasard dans les Andes

ActualitéClassé sous :climatologie , ultraviolet , UV

Alors qu'un index UV de l'ordre de 8 représente un risque élevé pour la santé, une équipe de chercheurs étudiant des modèles d'environnements martiens sur notre planète a mesuré un record absolu dans les Andes. En décembre 2003, l'index y a dépassé 43 !

Le Licancabur se trouve au sud-ouest de la laguna Verde, ici au premier plan, et qui borde la Laguna Blanca au second plan. Il domine le paysage du salar d'Atacama. Les exobiologistes considèrent que cette région pourrait ressembler à des environnements que Mars a connus il y a des milliards d'années. © Albert Backer CC BY-SA 3.0

L'atmosphère de Mars est ténue et aucune couche d'ozone ne protège d'éventuelles formes de vie du rayonnement ultraviolet émis par le Soleil. Or, il existe des régions sur Terre qui ressemblent à la surface volcanique de la Planète rouge. Pour s'en convaincre il suffit de comparer des photos prises par Curiosity avec celles de paysages du désert de l'Atacama. Il y a plusieurs milliards d'années, lorsque Mars était un peu plus chaude et moins aride qu'aujourd'hui, avec une atmosphère plus conséquente, les conditions qui régnaient à sa surface devaient être encore plus proches de celles rencontrées de nos jours dans la région des volcans andins et des lacs salés qui les bordent.

C'est avec cette idée en tête qu'une équipe de chercheurs du Nasa Ames Research Center s'est rendue en 2003 sur le volcan Licancabur situé près de l'équateur et de la frontière séparant la Bolivie et le Chili. Haut de presque 6.000 m, ce volcan contient un lac-cratère où l'on trouve des organismes extrêmophiles. À sa base, on peut aussi admirer deux étendues salées, la Laguna Blanca et la laguna Verde. Les exobiologistes viennent de publier dans le journal Frontiers in Environmental Scienceun article faisant état d'une découverte surprenante réalisée à cette occasion. Elle provient de mesures routinières du flux de rayonnement ultraviolet (UV) pendant les étés australs 2003 et 2004.

Au premier plan, on voit la Laguna Verde et au fond le volcan Licancabur dont le sommet est situé au Chili, à un kilomètre de la frontière. Il contient un lac cratère de 90 mètres de long pour 70 mètres de large et de 8 mètres de profondeur maximale. Malgré des conditions très hostiles (radiation UV intense, faible pression atmosphérique, température parfois négative), il abrite une faune planctonique extrêmophile, notamment des diatomées. © Wikipédia, DP

Mars dans le désert de l'Atacama

Du fait de la haute altitude et d'une couche d'ozone naturellement peu épaisse dans cette région, les chercheurs s'attendaient à mesurer une intensité du rayonnement UV élevée avec des dosimètres déployés sur le Licancabur et le bord de la Laguna Blanca. Mais pas à ce point... Le 29 décembre 2003, l'index UV a atteint la valeur de 43,3 ! C'est-à-dire le plus haut index jamais mesuré à la surface de la Terre. Un niveau impressionnant puisqu'il faut recourir aux crèmes solaires dès que cet index dépasse la valeur 2 et qu'à partir de 8 ou 9, c'est le coup de soleil assuré en peu de temps.

Pour expliquer ce record, les chercheurs ont avancé la conjonction de plusieurs facteurs. Il n'y a pas de trou d’ozone au-dessus des Andes, comme en Antarctique, mais des aérosols saisonniers et des incendies dans la région du Licancabur peuvent avoir contribué à affaiblir localement la couche d'ozone à ce moment-là. Enfin, une forte tempête solaire a eu lieu deux semaines auparavant. Elle peut avoir contribué à baisser le taux d'ozone et, de plus, des pics d'émissions UV sont aussi possibles quelque temps après un tel événement.

Cela vous intéressera aussi