Les inondations du 12 avril sont la pire catastrophe naturelle survenue dans la province de KwaZulu-Natal depuis au moins 60 ans. © witthaya, Adobe Stock
Planète

Comment expliquer les inondations historiques et meurtrières qui ont frappé l'Afrique du Sud ?

ActualitéClassé sous :catastrophe naturelle , risque inondation , Afrique du sud

La côte est de l'Afrique du Sud a été ravagée par des précipitations diluviennes ces derniers jours. Au moins 400 personnes ont péri dans les inondations causées par une goutte froide.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment faire face aux catastrophes naturelles ?  Chaque année de nombreuses catastrophes naturelles ravagent les pays du Sud. Malheureusement, avec le peu de moyens disponibles, la gestion de ces états de crise est souvent problématique. Sébastien Hardy, géographe de l’IRD (institut de Recherche pour le développement) nous parle au cours de cette vidéo des solutions envisagées par l’organisme pour traiter le problème. 

La région de Durban se trouve actuellement en plein automne, et à cette époque, il n'est pas rare que la zone subisse des phénomènes météo extrêmes avec des précipitations importantes : c'est l'une des périodes de l'année où le risque d'intempéries est le plus important là-bas. Cependant, la dépression qui a concerné la côte est entre le 11 et le 12 avril dernier a eu des conséquences historiques : il est tombé l'équivalent de 6 mois de précipitations en l'espace de deux jours sur la région de Durban, soit 450 mm, en raison d'une goutte froide, un décrochage d'air polaire comme ceux que nous connaissons régulièrement en Europe.

C'est ce même type de phénomène, dont l'intensité est toujours difficile à prévoir, qui avait causé les gigantesques inondations meurtrières survenues en Allemagne en juillet 2021.

En rouge, les zones touchées par plus de 300 mm de pluie. © NASA

La plus grande catastrophe depuis 60 ans

Ce type de décrochage d'air froid se produit régulièrement au printemps dans l'hémisphère sud, et particulièrement en avril vers Durban, mais pas dans des proportions aussi dramatiques. Cette dépression stationnaire a provoqué une brusque montée des eaux, accompagnée de coulées de boue et de glissements de terrain.

Les météorologues sur place avaient bien prévu des intempéries, mais le phénomène a été finalement bien plus fort qu'annoncé. Il s'agit de la pire catastrophe naturelle survenue dans la province de KwaZulu-Natal depuis au moins 60 ans.

Après une accalmie jeudi et vendredi, de nouvelles pluies, sous forme d'averses, sont prévues ce week-end, mais sans aucune commune mesure avec celles qui ont provoqué la catastrophe.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !