En Atlantique, des dizaines d’espèces animales sous-marines ont été découvertes vivant sur des mottes d’asphalte formées à la suite de rejets naturels de pétrole. Cette richesse nous en dit plus sur ces écosystèmes particuliers. De quoi guider les politiques environnementales en matière d’exploitations pétrolières offshore.
Cela vous intéressera aussi

Des monticules d'asphalte naturellement présents jusqu'à 2.000 mètres de profondeur, au large des côtes de l'Angola, représentent un habitat favorable à une importante faunefaune sous-marine dite épilithique, c'est-à-dire aimantaimant vivre sur des substratssubstrats rocheux, indique une étude parue dans Deep Sea Research Part I : Oceanographic Research Papers. Les éléments géologiques se forment à la suite de fuites d'hydrocarbureshydrocarbures dans les fonds sédimentaires marins.

Sur 2.254 amoncellements bitumineux passés à la loupe sans pour autant pouvoir les dater, 74,5 % sont couverts d'une riche épifaune (animaux vivants à la surface d'un sédimentsédiment). Concernant l'aire de distributionaire de distribution, les antipatharia (cnidairescnidaires anthozoaires communément appelés coraux noirs) et les spongiaires (éponges) représentent le plus grand pourcentage moyen de la couverture observée tandis que les actiniaires (anémones de mer) et les alcyonacea (gorgones), le pourcentage le plus faible.

Au sujet du type d'habitat, sur les 49 groupes (taxonstaxons) d'animaux benthiques répertoriés, 19 apparaissent strictement inféodés aux substrats durs dont font partie les monticules d'asphalte. Deux espècesespèces de poissonpoisson privilégient aussi ce type d'habitat. 27 autres taxons vivent également dans le secteur étudié, mais sur des sédiments plus fins et une dernière espèce, décomptée par la suite de l'analyse, est localisée sur un morceau de boisbois.

Photographies de mottes d’asphalte montrant diverses formes (échelle blanche : 100 mm) : détail de monticules excavés (C, D), petits et multiples monticules (E) et extrusions visqueuses d’hydrocarbures de la roche. © Jones et al., <em>Deep Sea Research Part I : Oceanographic Research Papers</em>

Photographies de mottes d’asphalte montrant diverses formes (échelle blanche : 100 mm) : détail de monticules excavés (C, D), petits et multiples monticules (E) et extrusions visqueuses d’hydrocarbures de la roche. © Jones et al., Deep Sea Research Part I : Oceanographic Research Papers

Les mottes de pétrole sont propices à la biodiversité sous-marine

À propos de la richesse biologique, les échinodermes (oursinsoursins, etc.) sont les plus représentés (14 taxons), suivis des cnidaires (12), des poissons (11), des éponges (6), des arthropodesarthropodes (4) et des mollusquesmollusques (2). En raison de la taille limitée de l'échantillon, ces observations sont une sous-estimation de la vraie richesse des espèces, estiment les auteurs de l'étude.

En outre, l'épifaune varie beaucoup d'un monticule d'asphalte à un autre et eux-mêmes sont de dimensions hétérogènes (de moins de 0,5 à plus de 50 m de diamètre). Quelques-uns sont couverts de grands animaux (mégafaune) tels que des anémones et des gorgones. Ces mottes s'avèrent aussi être parfois pourvues d'une macrofaune (petite mais visible à l'œilœil nu) composée de polychètes, d'ophiures, de foraminifèresforaminifères ou encore de bryozoaires.

Ces résultats confortent l'hypothèse déjà émise dans d'autres localités du monde (golfe du Mexique, notamment) que la présence de mottes d'asphalte augmente l'hétérogénéité de l'habitat, ce qui est propice à fournir un biotopebiotope à une faune épilithique et à la maintenir. Ces substrats doivent, par conséquent, être pris en compte dans les programmes de préservation de l’environnement et de gestion de ces zones en cas, par exemple, d'extraction d'hydrocarbures.