Faut-il forcément des yeux pour voir ? Des scientifiques ont décrit pour la seconde fois seulement, un mécanisme permettant aux ophiures de « voir » alors qu'elles sont dépourvues d’yeux. À la place, ces étranges créatures marines utilisent des cellules sensibles réparties sur tout leur corps.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'étrange digestion de l'étoile de mer Les étoiles de mer ont une toute petite bouche mais cela ne leur empêche pas de manger de grandes proies. Pour ce faire, elles ont développé une solution étonnante. Voici en vidéo un aperçu de leur repas.

Bien qu'elles leur ressemblent fortement, les ophiures ne sont pas des étoilesétoiles de mer. Avec le corps arrondi et leurs bras longs et fins, elles forment une classe d'échinodermes à part : les Ophiuroidea. Ces étranges créatures qui évoluent dans les récifs coralliensrécifs coralliens intéressent les scientifiques depuis plus de trente ans. En effet, Ophiocoma wendtii intrigue par son changement brutal de couleurcouleur entre le jour et la nuit.

Récemment, les scientifiques ont identifié des centaines de cellules sensibles à la lumièrelumière sur le corps de cette espèceespèce. Aujourd'hui, une étude publiée dans Current Biology affirme que cette espèce d'ophiure est capable de « voir » des stimuli visuels grâce à ces cellules. De plus, cette capacité visuelle serait liée au mystérieux changement de couleur observé il y a trente ans. C'est seulement le deuxième cas décrit d'un animal capable de « voir » sans yeuxyeux, le premier étant l'oursinoursin.

La différence de pigmentation se voit sur ce gros plan d’un bras d’ophiure. © Lauren Sumner-Rooney
La différence de pigmentation se voit sur ce gros plan d’un bras d’ophiure. © Lauren Sumner-Rooney

Voir grâce à des pigments

Les scientifiques ont testé l'acuité visuel d'Ophiocoma wendtii. Bien que sa vue soit très grossière, cette ophiure est capable de détecter les zones d'ombres et de lumière en laboratoire. Ce comportement lui permettrait de trouver, au milieu des récifs coralliens des Caraïbes dans lesquels elle évolue, des abris pour se prémunir des prédateurs.  « On a suggéré il y a 30 ans que le changement de couleur pouvait être la clé de la "vision" des Ophiocoma, nous sommes donc très contents de pouvoir combler un vide et de décrire un nouveau mécanisme », explique Lauren Sumner-Rooney, un chercheur du Oxford University Museum of Natural History.

Comment fonctionnent les « yeux » de l'ophiure ? Sa capacité visuelle réside dans les pigmentspigments qui lui permettent de passer du rouge intense ou beige pâle. Lorsque que la lumière atteint les cellules pigmentées, celles-ci réfractent la lumière selon un angle bien précis qui constitue leur vision. Les espèces d'ophiures qui ne possèdent pas ces pigments sont aveugles. C'est le premier système visuel décrit qui utilise le changement de couleur d'un animal. Certaines espèces d'oursins pourraient utiliser le même mécanisme.