Ce modèle de raccord automatique en té est compatible avec tous les types de tubes utilisables en plomberie sanitaire. Pour les canalisations intérieures, l’emploi de raccords en laiton brut ou chromé est préférable à leurs équivalents en plastique. © « Toutub » de Boutté

Maison

Comment raccorder un tube cuivre avec du PER ou du multicouche ?

Question/RéponseClassé sous :Maison , plomberie , cuivre

Le repiquage de tubes synthétiques sur des canalisations en cuivre peut s’effectuer avec différents types de raccords mécaniques. Droits, coudés, en té… ils existent en métal ou plastique dans tous les diamètres usuels.

Les raccords mécaniques se prêtent à tous les travaux de plomberie sanitaire. Fiables, durables, ils permettent de rénover soi-même une installation existante, de créer des dérivations pour alimenter un nouveau lavabo, une machine à laver, une chasse d’eau, etc. Ceci, avec une facilité déconcertante.

Des jonctions rapides et sûres, avec ou sans outils

Les raccords automatiques à emboîtement se montent simplement à la main. Ils intègrent un joint torique d’étanchéité (en caoutchouc), ainsi qu’une bague Inox pour bloquer le raccord en position. Mais un démontage ultérieur est toujours possible, à l’aide d’une clé à molette ou d’une pince universelle. Des inserts spéciaux sont prévus en complément pour les tubes PER et multicouches.

Les raccords universels à visser se basent sur un système différent d’adaptateurs à filetage femelle, associés à gamme complète d’appliques murales, de coudes, de manchons égaux ou réducteurs, de tés, de nourrices… à filetages mâles. Les adaptateurs destinés aux tubes cuivre sont des raccords écrous munis d’une bague crantée en laiton, solidaire d’un gros joint en caoutchouc. Pour le PER et le multicouche, on a le choix entre des adaptateurs à compression ou à sertir (voir ci-dessous). Deux clés plates suffisent au montage (et au démontage) dans la plupart des cas.

1. Manchon réducteur. 2. Bague anti-électrolyse en matière synthétique (pour multicouche). 3. Double joint torique. 4. Bague crantée. 5. Écrou de serrage. Ce concept permet, à l'instar du précédent, de réunir des tubes cuivre, PER et multicouche sur un même raccord (manchon, nourrice, té...) faisant office de corps unique. © Somatherm

À noter

Quelle que soit la solution retenue, une bonne préparation des tubes est indispensable : coupe à l’aide d’un outil adapté au matériau, chanfreinage, ébavurage, alésage éventuel des extrémités.

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi