Les arbres fruitiers ne poussent pas n’importe où ! Mettez donc toutes les chances de votre côté en choisissant ceux qui correspondent le mieux à votre région et aux conditions particulières de votre jardin telles que la situation géographique et la nature de votre sol, notamment. 

N'hésitez pas à expliquer votre situation au technicien qui, dans votre jardinerie, sera à même de bien cerner les conditions de votre futur verger. Une idée aussi : questionnez vos proches voisins qui, dans leur jardin, cultivent aussi des arbres fruitiers. Et si vous partez chaque année en vacances à la mêe période, pensez à ne pas vouloir cultiver des espècesespèces qui produiront des fruits au même moment !

Vrai ou faux : faut-il tenir compte, dans votre choix, de l’espace dont vous disposez ?

Vrai  ! Par exemple, n'oubliez pas que les pommiers et les poiriers doivent être disposés dans une fourchette de 4 à 5 m les uns des autres. Pour les pruniers, pêchers et abricotiers de haute tige, cette distance peut varier entre 4 et 8 m, tandis que pour les cerisierscerisiers, il est mieux de prévoir un espace de 5 à 12 m.

La culture de sujets poussant en espalier vous permettra toutefois de gagner de la place, mais cette technique ne peut être pratiquée qu'avec certaines espèces seulement. Ce procédé, qui intéresse le pommier, le poirier et la vigne, consiste à planter des pieds en ligne, le long d'une haiehaie ou d'un murmur, tous les 3,5 à 5,5 m et à tailler progressivement leurs branches afin que celles-ci suivent des cordons parallèles sur un même plan.

Certains pommiers sont capables aussi de se développer sur un espace très restreint, de l'ordre de 30 cm seulement. Ces arbresarbres produisent des fruits uniquement le long de leur tronc vertical. Ils peuvent même prendre place sur une terrasseterrasse ou un balconbalcon !

Voir aussi

Créer un verger : nos conseils et astuces

Abricot bergeron. © RuffnerRobinson, Pixabay, DP
Abricot bergeron. © RuffnerRobinson, Pixabay, DP

Vrai ou faux : un verger accepte-t-il toutes les situations, même les endroits ombragés ? 

Faux ! Il est rare qu'un terrain n'ait pas une pente naturelle. Si vous ne bénéficiez pas d'une exposition sud ou sud-est, tirez parti au mieux de cette dernière, en évitant simplement à tout prix d'orienter votre verger vers le nord ou le nord-est.

Sachez aussi que certaines espèces fruitières préfèrent pousser dans les endroits dégagés. C'est le cas notamment du pêcher et du pommier qui donnent de meilleurs résultats dans les vallées riches alluvionnaires alors que les coteaux conviennent mieux à l'abricotier, au cerisier, à l'amandieramandier et au prunier.

Bon à savoir du côté du voisinage

Sachez aussi que l'article 671 du Code civil indique qu'il n'est possible d'avoir des arbres et des arbustes près de la limite de la propriété voisine qu'à la distance de 2 m de la ligne séparative des deux parcelles pour les plantations dont la hauteur dépasse 2 m, et à 50 cm pour les autres plantations. N'oubliez pas de tenir compte de ce règlement lors de la mise en terreterre de vos arbres !

Voir aussi

La vigne et le vin en France aux XVIIe et XVIIIe siècles