Entre l’inflation, les recommandations gouvernementales et les prévisions pessimistes au sujet du coût et de la disponibilité de l’énergie, difficile pour de nombreuses personnes de savoir comment se passera la saison hivernale. Le confort thermique d’une maison est lié à sa performance énergétique mais également à votre facture annuelle. Il est tout à fait possible d’intervenir sur ces deux volets en procédant à quelques travaux de rénovation.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Première en France : un chauffage urbain utilise de la chaleur stockée À Brest, l’université est chauffée par une réserve d’eau… mais seulement en fin de weekend. Cette installation de stockage thermique, unique en France, permet de lisser la fourniture d’énergie à l’échelle d’un quartier.

Comment savoir si votre isolation est mauvaise ? Outre la facture d’électricité qui risque d’augmenter, certains signes peuvent vous alerter sur une éventuelle fuite anormale de la chaleur dans votre habitation.

Des murs ou un plancher très froid, un maintien d'une bonne température compliqué dans des pièces de vie, des surfaces légèrement humides, de la moisissure apparentes à certains endroits…. Tous ces éléments sont peut-être les premières manifestations d’une isolation qui n’est plus performante.

D’où s’échappe la chaleur ?

C’est mathématique : la chaleur se dissipe et pour contrebalancer les températures en intérieur, nous augmentons le chauffage. Le résultat ? Une facture d’énergie qui grimpe et un logement qui perd en efficacité.

La chaleur peut s’échapper de plusieurs endroits. Mais, dans la plupart des cas, c’est le toit et les combles qui sont pointés du doigt. En effet, 30 % des pertes thermiques sont localisées au niveau du toit. La chaleur ayant tendance à monter et non pas à descendre, elle s’évacue progressivement par le haut.

Les travaux de rénovation s'imposent pour lutter contre la déperdition de la chaleur d'une habitation. © Chernaya, Pexels
Les travaux de rénovation s'imposent pour lutter contre la déperdition de la chaleur d'une habitation. © Chernaya, Pexels

Les travaux de rénovation énergétique sont envisageables tant pour les combles perdus que pour les combles aménageables. Dans le premier cas de figure c’est la technique par soufflage qui est privilégiée, les artisans partenaires d’Izi Solutions Rénov, tous certifiés RGE (Reconnu garant de l’environnement) projettent des flocons de produits isolants jusqu’à ce que la couche atteigne une certaine épaisseur. Pour les combles aménageables ou aménagées, il s’agit plutôt de poser des panneaux d’isolants entre les chevrons et les éléments de couverture de la toiture. 

Toutefois, les murs peuvent aussi être source de mauvaises performances thermiques. Au quotidien, une sensation de froid et d’humidité se fait ressentir à l’intérieur et une fois de plus, le réflexe est d’augmenter le thermostat pour pallier cette incommodité. Comme le précise l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie), la déperdition de chaleur depuis les murs représente une fuite de 20 à 25 %.

Si un professionnel de la rénovation énergétique diagnostique un problème sur vos murs, il va sans doute vous recommander une intervention d’isolation par l’extérieur. Pour ce faire, des panneaux thermiques et isolants sont fixés sur les murs externes puis recouverts d’un enduit qui assurera l’étanchéité du dispositif. Le plus ? Cette opération permet aussi de refaire la façade de votre habitation. Elle retrouve en quelque sorte une seconde jeunesse !

Et en appartement ?

Si vous vivez en appartement, la marche à suivre est différente car vous n’avez pas la possibilité d’intervenir pour améliorer les performances du toit et des murs. Une isolation thermique par l’extérieur pourra cependant être réalisable dans le cadre d’un chantier mené par la copropriété. En revanche, vous pouvez procéder au remplacement de vos menuiseries afin de passer au double ou triple vitrage. Ainsi, la dépose totale vous garantit une étanchéité maximale dans la mesure où vous changez à la fois la partie vitrée et le contour de la fenêtre (en PVC, bois ou alu).

Il faudra au préalable obtenir l’autorisation de la copropriété qui établit souvent un cahier des charges pour ne pas dénaturer l’immeuble ou la résidence, car s’agissant de la façade, c’est une partie commune. Les travaux les plus importants peuvent être entrepris conjointement par l’ensemble de la copropriété si celle-ci est informée des intérêts d’isoler la façade extérieure de l’immeuble ainsi que les toitures, pour réduire les déperditions thermiques, et donc la facture énergétique.

Article réalisé en partenariat avec Izy-by-EDF