Après s'être fait une place sur le marché des lancements de satellites, après avoir développé avec succès Tesla, une voiture électrique sportive et de luxe, Elon Musk, le fondateur de SpaceX, prend maintenant la planète Mars pour cible. © Nasa

Sciences

Conquête de Mars : Elon Musk dévoile son ambitieux projet de vol habité (MAJ)

ActualitéClassé sous :Astronautique , SpaceX , vols habités

-

L'Homme n'a peut-être jamais été aussi près du vol habité vers Mars. Elon Musk, le fondateur de SpaceX, vient en effet de dévoiler son projet, qu'il présente comme techniquement réalisable et financièrement accessible. Certaines idées retenues peuvent paraître trop audacieuses mais, après tout, sans audace ni folie, personne ne marchera jamais sur la Planète rouge...

À l'occasion du 67e congrès international d'astronautique qui se tient actuellement dans la cité mexicaine de Guadalajara, Elon Musk, le fondateur de SpaceX, a dévoilé, et assez bien détaillé, sa vision de son voyage humain vers Mars qui, selon lui, est techniquement réalisable et financièrement accessible.

Il est évidemment trop tôt pour donner un avis sur son scénario tant de nombreuses questions restent en suspens, comme celle de la santé des astronautes, celle du système de support vie et celle, épineuse, des radiations spatiales. Quant aux innovations techniques que l'on pressent dans le discours d'Elon Musk, elles sont à la portée de nos connaissances actuelles.

Cette vidéo détaille toutes les étapes du voyage martien selon SpaceX, du décollage à l'atterrissage sur Mars, en passant par le plein en orbite, le voyage interplanétaire, sans oublier les deux allers-retours du lanceur. © SpaceX

Un lanceur hors norme pour coloniser Mars

Pour aller sur Mars, SpaceX propose un système de transport interplanétaire en deux parties, c'est-à-dire qu'il comprend un étage principal (le booster) et le véhicule habité, ou sa version cargo. D'une hauteur de 122 mètres, il sera le plus grand jamais construit. Avec ses 42 moteurs Raptor, dont un est actuellement à l'essai au sol, il aura la capacité de lancer en orbite basse jusqu'à 550 tonnes (contre seulement 135 tonnes pour la Saturn V des missions Apollo et de 70 à 143 tonnes, selon la version, pour le Space Launch System, le futur lanceur lourd de la Nasa prévu en 2018).

Enfin, s'il faut chercher des ruptures technologiques, c'est plutôt du côté des objectifs plus lointains de SpaceX qu'il faut s'attarder. Le projet comprend en effet une colonisation de Mars et la construction des infrastructures nécessaires pour vivre et travailler sur place en sécurité.

Pour cela, la société d'Elon Musk prévoit d'adapter son véhicule habité afin de transporter, à destination de Mars, une centaine de passagers par vol mais aussi de voyager au-delà de la ceinture d'astéroïdes, à destination des lunes de Jupiter, Encelade et Europe (la Nasa aurait récemment détecté des geysers sur cette dernière).

----------

Article initial de Rémy Decourt, paru le 04/06/2016

SpaceX compte bien arriver le premier sur Mars. Elon Musk, son patron, a annoncé qu'il souhaitait faire décoller le premier vol habité vers la Planète rouge en 2024, soit cinq ans avant celui prévu par la Nasa.

Le projet le plus fou d'Elon Musk, le patron de SpaceX prend forme. Lui qui répète à qui veut l'entendre sa volonté de coloniser Mars à l'horizon 2040, jette aujourd'hui les bases de ce projet. Après avoir annoncé en avril, l'envoi d'une capsule Dragon, à vide, se poser à la surface de Mars, le milliardaire a indiqué lors de la Vox Media Code Conference, en Californie (États-Unis), qu'en 2024, il lancera une mission habitée à destination de la Planète rouge ! Rien que ça. Les détails de ce vol, réalisé dans le cadre de son projet Mars Colonial Transporter, seront rendus publics lors du prochain Congrès international d'astronautique (IAC), qui se tiendra du 26 au 30 septembre à Guadalajara, au Mexique, où près de 3.000 délégués et spécialistes du secteur spatial se réuniront.

Vue d’artiste d’une capsule Dragon sur le sol martien. En 2018, une version dérivée de la capsule qui ravitaille la Station spatiale sera adaptée aux contraintes d’un voyage entre les deux planètes. Ce ne sera pas ce modèle qui sera utilisé pour la première mission habitée. Il s’agira vraisemblablement d’un véhicule à plusieurs modules dont un, sera gonflable. © SpaceX

SpaceX a également annoncé que d'ici cette date, tous les 26 mois, il utilisera les fenêtres de tir entre la Terre et Mars pour envoyer des cargos à la surface de la Planète rouge. La Nasa, qui prévoit une mission habitée vers Mars dans les années 2030, a indiqué qu'elle fournirait un soutien technique à SpaceX pour la préparation de ce premier vol habité. L'agence spatiale fournira également des équipements pour la navigation et vraisemblablement des instruments. Enfin, elle met à disposition de cette mission Deep Space Network, son réseau de communication avec l'espace lointain.

Le nouveau pari d’Elon Musk

Alors que penser de ce projet ? Il est très difficile de se prononcer sur sa faisabilité technique car, d'une part, Elon Musk n'a pas précisé si cet équipage se posera sur Mars ou se contentera de se mettre en orbite autour de la planète, comme prévoyait de le faire Dennis Tito et ses partenaires d'Inspiration Mars Foundation (projet tombé à l'eau). D'autre part, s'il ne fait guère de doute que SpaceX parviendra à ses fins, dans le passé cette société nous a habitué à des calendriers ambitieux jamais tenus.

Pour envoyer des Hommes à destination de Mars, le véhicule de SpaceX pourrait ressembler à celui qu’envisageait d’utiliser Dennis Tito pour son projet martien. Il utilise plusieurs modules dont une version adaptée de la capsule Dragon. © Inspiration Mars Foundation

Cela dit, il est peu probable que dans des délais aussi courts (2024, ce n'est que dans 8 ans), SpaceX soit en capacité de mettre sur pied toute l'infrastructure et la logistique nécessaire à une mission habitée sur Mars. Même aidée par la Nasa et la puissance financière d'Elon Musk (sa fortune est estimée à plus de 13 milliards de dollars) nous ne voyons pas comment SpaceX pourrait développer en seulement 8 ans, un habitat martien, le véhicule aller ET retour, et gérer toute l'intendance sur place. À ces contraintes s'ajoute le besoin d'un lanceur lourd qui ne pourra pas être le Falcon Heavy, actuellement en développement. Attendons septembre donc.