Y aura-t-il bientôt une ville sur Mars ? C'est en tout cas ce qu'envisagent les Émirats arabes unis. Ici, le cratère Gale sur le limbe de Mars, au lever du jour. © Nasa

Sciences

Ville sur Mars : l'ambitieux projet des Émirats arabes unis

ActualitéClassé sous :Colonisation de Mars , exploration humaine de Mars , Homme sur Mars

-

Le 14 février, lors du cinquième World Government Summit, à Dubaï, les Émirats arabes unis ont dévoilé leur intention d'installer une petite ville sur Mars. Les colons martiens pourraient commencer à y emménager dans cent ans, d'où le nom du projet : Mars 2117.

Elon Musk rêve d'établir une colonie sur Mars, et cela assez vite. Le patron de SpaceX ne cache pas ses ambitions. Au moyen des capsules Red Dragon, actuellement en préparation (le premier atterrissage est repoussé à 2020 et non plus 2018), il envisage le débarquement des premiers Hommes sur Mars au milieu des années 2020, soit plusieurs années avant la Nasa qui, elle, se donne comme horizon la décennie 2030 pour y parvenir.

La Planète rouge n'intéresse cependant pas que les Américains. Les Émirats arabes unis — dont le rover martien baptisé « Hope » est en développement (son atterrissage est prévu en 2021) — ont témoigné de leur intérêt pour ce monde voisin. Récemment, le 14 février, ils ont ainsi annoncé l'élaboration d'un projet d'installation d'une petite ville sur Mars. Cela a été fait par la voix du cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et premier ministre des États arabes unis mais aussi émir de Dubaï, lors du cinquième World Government Summit qui s'est déroulé dans la capitale. Ce serait pour... 2117, d'où le nom du projet : Mars 2117. Le pays préfère en effet prendre le temps nécessaire pour mettre tout cela en place.

Sur Twitter, l'émir a indiqué que ce projet, dont les premières pierres sont posées pour l'instant sur le papier (voir les illustrations ci-dessous), « intègre une vision pour créer une mini-ville et une communauté sur Mars impliquant une coopération internationale, précisant ses aspirations, dans le siècle à venir, à développer les sciences, la technologie et la passion de [la] jeunesse pour la connaissance ».

Quatre illustrations du projet Mars 2117. © Dubai Media Office

Mars 2117 : développer la passion pour l'innovation spatiale

Souhaitant inspirer la jeunesse, de facto les bâtisseurs du monde de demain, le cheikh a aussi écrit : « Mars 2117 inclut un effort majeur de nos universités vers les sciences de l'espace. Nous voulons développer une passion pour l'innovation spatiale auprès de la jeune génération », ajoutant : « Mars 2117 est une graine que nous plantons aujourd'hui pour récolter le fruit de nouvelles générations guidées par une passion pour la science et l'avancée de la connaissance humaine ».

Conscients que la réussite de ce projet repose sur une collaboration internationale, ses instigateurs comptent, dans un premier temps, à dessein de « faciliter l'arrivée de l'Homme sur Mars au cours des prochaines décennies », constituer une équipe scientifique et mettre en place, ensuite, un consortium international. Il sera notamment question de trouver les moyens de gagner du temps dans les transports vers ou au départ de Mars et, bien sûr, de définir tous les besoins pour cette future cité de colons martiens. Gageons qu'elle pourra être achevée avant le début du prochain siècle.

Cela vous intéressera aussi

Seul sur Mars : quels enjeux pour les premiers colons martiens ?  L’objectif fondamental d’un vol piloté vers Mars est évidemment l’exploration de la planète par des Hommes. Il faut donc prévoir un grand nombre de situations possibles. Charles Frankel, planétologue, nous parle durant cette interview des futurs enjeux de la vie quotidienne des colons martiens.