Santé

Phtalates : de vrais risques ?

Dossier - Aliments : une source de produits dangereux ?
DossierClassé sous :médecine , aliment , produit alimentaire

-

Nos aliments contiennent-ils des molécules dangereuses pour notre santé ? Futura-Sciences décortique les effets des différentes substances qui suscitent les interrogations des scientifiques et des consommateurs.

  
DossiersAliments : une source de produits dangereux ?
 

Les phtalates, utilisés comme plastifiants, sont retrouvés dans beaucoup de produits du quotidien mais aussi dans des emballages alimentaires. Quels sont les risques pour les consommateurs ?

Chez le rat, les phtalates entraînent des baisses de fertilité et pourraient aussi être cancérigènes.© Lissa87 - Domaine public
Les phtalates sont un ensemble de molécules composées d’un noyau benzénique et de deux groupements carboxyliques dont les chaînes alkyles (R) peuvent varier. © Bryan Derksen, Wikimedia, domaine public

Propriétés et utilisation des phtalates

Les phtalates, nés dans les années 1950, sont un groupe de produits chimiques dérivés de l'acide phtalique. Ils sont donc composés d'un noyau benzénique et de deux groupements carboxylates placés en ortho et dont la taille des chaînes alkyles peut varier. Sous forme de liquide visqueux, transparent et incolore, les phtalates sont couramment utilisés comme plastifiants (entre autres pour le PVC) afin de les rendre plus souples, transparents et augmenter leur durabilité.

Les trois millions de tonnes de phtalates produits chaque année sont utilisées dans de nombreux produits d'utilisation courante, notamment des jouets, des appareils médicaux, mais en particulier dans certains emballages alimentaires. Molécules hydrophobes, elles ont une affinité particulière pour les graisses et les alcools lourds.

Du fait de ces propriétés, les phtalates peuvent migrer passivement des emballages alimentaires vers des produits gras comme le fromage. Les aliments contaminés ingérés sont une des sources d'exposition connues, avec une ingestion moyenne de 0,25 milligramme par jour. D'autres sources d'exposition constituent la mise à la bouche des jouets, une hospitalisation dans la mesure où les poches de sang contiennent également des phtalates, ou encore par voie cutanée lors de l'utilisation de cosmétiques.

Les effets des phtalates sur la santé humaine

Le phtalate de bis(2-éthylhexyle) ou DEHP est le phtalate le plus étudié et considéré comme le plus inquiétant. Chez les rats, la toxicité de ces molécules est avérée mais semble très faible, avec des doses létales 50 (qui provoquent la mort de 50 % des animaux) entre 2 et 50 grammes par kilogramme de poids corporel, les effets variant d'un phtalate à un autre.

 

On retrouve principalement des effets reprotoxiques (de catégorie 2) et tératogènes. Ils provoquent notamment une baisse de la fertilité, une atrophie testiculaire, une réduction du poids du fœtus, une mortalité fœtale et des malformations. Certains phtalates sont également des perturbateurs endocriniens et peuvent provoquer des anomalies du développement sexuel chez le jeune rat mâle exposé in utero. De plus, des effets sur le foie, les reins et le système reproducteur mâle ont été rapportés. Il est un cancérigène probable pour l'animal, mais ses effets chez l'Homme ne sont pas suffisamment étudiés.

La dose journalière recommandée est actuellement de 0,05 milligramme par kilogramme de poids corporel, soit plus élevée que l'ingestion moyenne réellement constatée. Des nausées et des vertiges peuvent survenir en cas d'une ingestion supérieure à 5 grammes.

Les phtalates dans l'environnement

Les phtalates sont bioaccumulables et sont limités par la biodégradation. Dans l'environnement, leur biodégradation se réalise par des micro-organismes aérobies ou anaérobies. Les phtalates de faible masse molaire, plus légers, sont plus facilement biodégradés.

Par quoi les remplacer ?

Les phtalates dans les emballages alimentaires ne sont pas encore interdits, ni par l'Union européenne, ni par la FDA, malgré des propositions dans ce sens. Les produits de substitution, qui restent encore à déterminer, devront avoir les mêmes propriétés de résistance et de flexibilité que les phtalates, notamment en ce qui concerne leur utilisation dans le domaine médical. Mais surtout, ils devront faire l'objet de nouvelles études pour s'assurer de leur innocuité.