Planète

Le crabe violoniste avec une grande pince

Dossier - Les fascinants crabes : tout savoir sur le crabe
DossierClassé sous :zoologie , animaux , crabe

-

Tourteau, araignée de mer, étrille, etc. : si les crabes sont un mets que beaucoup apprécient, l'incroyable diversité de ces animaux aux formes, aux couleurs et aux modes de vie étonnants reste méconnue.

  
DossiersLes fascinants crabes : tout savoir sur le crabe
 

Les crabes violonistes (il a plein d'autres surnoms) vivent en grandes colonies sur la vase des mangroves tropicales où leurs périodes d'activité sont réglées sur le rythme des marées. Les mâles ont une énorme pince qu'ils utilisent pour communiquer, se signaler aux femelles ou impressionner leurs rivaux.

On en connaît une centaine d'espèces, vivant à proximité des palétuviers, là où se trouvent aussi les périophtalmes, ces drôles de petits poissons amphibies sautillant sur la vase. Les femelles Uca ont deux petites pinces. Les mâles en ont une petite et une énorme !

À l'île de La Réunion, il est surnommé crabe appelant : avec sa grosse pince qu'il tient en hauteur, il semble faire signe à quelqu'un d'approcher. À la Guadeloupe, c'est le crabe sémafot, qui fait son mea culpa. Aux États-Unis, c'est le crabe violoniste (fiddler crab) : quand les mâles se nourrissent, le mouvement de la petite pince allant du sol à la bouche rappelle celui d'un archet sur un violon. Et au Japon, c'est le siho maneki qui fait signe à la mer de remonter !

Un crabe violoniste (Uca pugilator) à l'entrée de son terrier. © Ianaré Sévi, Wikimedia commons, CC BY-SA 3.0

Un crabe armé d'une pince puissante

Tous ces crabes creusent des terriers obliques dans la zone de balancement des marées. Pour cela, ils enfoncent leurs pattes dans le sol, retiennent contre eux la vase humide et la pressent en boulettes qu'ils déposent à proximité. Dès les premiers flots de la marée montante, ils descendent dans leur terrier, en ferment l'ouverture par un bouchon de vase et y restent jusqu'à la marée suivante.

En période de reproduction, les mâles se colorent d'orange ou de bleu éclatant. Les parades sexuelles consistent en des mouvements de la pince, des coups frappés sur la vase, des tournoiements. Au cours des bagarres, les mâles bloquent leurs pinces et se repoussent violemment l'un l'autre ; il arrive même qu'un combattant jette son adversaire par-dessus lui, comme au judo !

À marée basse, les Uca se nourrissent en raclant la surface de la vase avec leurs pinces. Le sédiment est roulé, trié par les pièces buccales. Les micro-organismes adhérant aux grains sont brossés et dirigés vers la bouche, tandis que le sédiment nettoyé est rejeté en boulettes. Compte tenu du peu de matière prélevée sur chacune d'elles, les crabes doivent traiter d'immenses quantités de sédiments. Dans les mangroves de Malaisie, les mâles d'Uca lactaea se nourrissent au rythme effréné de 60 à 140 pelletées par minute ! Sachant que la densité peut atteindre 70 crabes par mètre carré et que chacun produit environ 300 boulettes par jour, leur rôle est capital pour l'aération des sols de la mangrove et leur enrichissement en azote et en carbone.