Représentation de la Grande Ourse sur une ancienne carte du ciel. © lynea, fotolia

Sciences

Mythologie : la légende de la Grande Ourse

Question/RéponseClassé sous :Astronomie , Constellation de la Grande Ourse , Grande Ourse

Très célèbre, car facile à reconnaître dans le ciel, la constellation de la Grande Ourse a connu plusieurs identités au gré des époques et des cultures. Des récits qui passionnent autant les anthropologues que le public. Découvrez ici ses différents noms et aussi sa légende grecque.

Des 88 constellations qui peuplent le ciel terrestre, la Grande Ourse est sans conteste la plus célèbre de toutes dans l'hémisphère nord. Pourquoi ? Parce qu'elle est facile à reconnaître parmi les autres étoiles, marchant toujours autour de l'étoile Polaire. D'ailleurs, les Grecs, qui l'appelaient Arktos, ont donné son nom — Arctique — aux territoires qu'ils rencontraient aux hautes latitudes, vers le nord.

La Grande Ourse est une des plus grandes constellations de la voûte céleste. Elle se compose de nombreuses étoiles mais sept d'entre elles — les plus brillantes — retiennent l'attention des observateurs depuis des millénaires. Pour les Babyloniens, ces sept étoiles dessinaient un Grand Chariot (appellation très célèbre qui a traversé les siècles). Plus tard, les Romains ont nommé la figure les Sept Bœufs, Septem Triones qui a donné le terme septentrional. Ils font tourner la voûte céleste autour du moyeu de l'étoile Polaire. Plus récemment — et qui ne l'a pas entendu surnommer ainsi —, citons la Grande Casserole, nom moderne de l'astérisme.

La constellation de la Grande Ourse. Les sept étoiles les plus brillantes composent l’astérisme du Grand Chariot et de la Grande Casserole. © SkySafari

Sur les traces de la Grande Ourse

Celle que nous appelons couramment Grande Ourse en Occident a bien entendu d'autres identités, selon les peuples et les langues. Et dans les temps immémoriaux, bien avant l'invention de l'écriture, les mêmes étoiles formaient des animaux ou des héros, réels ou fantastiques, dont nous avons oublié les noms.

Avant de voir la légende grecque, soulignons que cette culture n'est pas la seule à imaginer un ours avec ces étoiles. Intrigués, certains chercheurs y voient les traces persistantes d'un récit mythologique qui pourrait avoir des origines très anciennes. On parle en effet d'un ours — et aussi d'oursons — de l'Inde à l'Amérique du Nord, en passant par la Sibérie. Et ce n'est peut-être pas un hasard.

Callisto sous le charme de Zeus (Jupiter), plus précisément d’Artemis (Diane) dont il a pris l’apparence. Tableau de Rubens. © Peter Paul Rubens

La Grande Ourse dans la mythologie grecque et romaine

La légende grecque évoque tout d'abord la rencontre de Zeus avec Callisto (son nom signifie « la plus belle », elle est la fille du roi-loup Lycaon). Le dieu le plus puissant était descendu de l'Olympe pour visiter la grande forêt d'Arcadie qui lui était chère. En chemin, une jeune femme qui se reposait de la chasse à l'ombre d'un chêne retint toute son attention. Devant tant de beauté, difficile pour lui de résister. « Voici une aventure que mon épouse ignorera ou, si elle l'apprend, — ah certes cela vaut bien une querelle ! » lui fait dire Ovide dans les Métamorphoses.

Pour parvenir à ses fins, Zeus rusa : il prit les traits de la déesse de la Chasse Artémis, compagne de la nymphe« Elle s'apprête à lui conter dans quelle forêt elle a chassé ; il l'en empêche par son étreinte, et il se trahit non sans crime. » Ainsi Callisto tomba enceinte, malgré elle... ; elle fit tout pour cacher sa grossesse à Artémis, déesse vierge, mais celle-ci s'en aperçut et n'était pas disposée à lui pardonner. Pleine de colère, elle ordonna : « Tu vas disparaître aux yeux de tous ! Tu seras une de ces bêtes sauvages qui peuplent la forêt et que je me plais à percer de mes flèches ! Vois la dépouille de cette ourse : deviens cette ourse et ne te retrouve jamais devant moi ! »

Une autre version dit que c'est Héra qui la transforma ainsi, dans un excès de jalousie légitime... Quoi qu'il en soit, mieux vaut ne pas vexer les dieux...

Arcas prêt à décocher une flèche sur Callisto, devenue une ourse. © Hendrik Goltzius

Callisto eut un fils. On raconte que les nymphes lui dérobèrent l'enfant pour le confier à Lycaon qui l'appela Arcas. Les années passèrent et un jour, le jeune homme devenu un courageux chasseur poursuivit une ourse dans la forêt où il était né. Celle-ci l'entraîna jusqu'au palais du roi-loup, où elle l'attendait dressée devant lui. Vous l'aurez deviné, il s'agissait de Callisto. Elle avait senti l'odeur de son fils et tentait à présent de s'en approcher de plus près. Mais Arcas banda son arc et décocha aussitôt une flèche en direction du cœur de l'animal... sans jamais l'atteindre. L'ourse avait disparu.

La légende veut que Zeus intervînt et transportât l'animal dans le ciel. Mais Héra (Junon) ne voulait pas en rester là et fit appel à Océan et Thétys pour que jamais l'animal, devenu constellation, ne se repose sous l'horizon ni même ne se baigne dans les eaux de la mer. Elle disposa aussi un dragon entre les deux ourses. Le fameux dragon qui gardait les pommes d'or de la déesse dans le jardin des Hespérides (il fut écrasé sous le pied d'Héraclès).

Les deux ours tournent ainsi dans la voûte céleste, séparés par ce serpent géant. Mais peut-être est-il là aussi pour veiller sur l'axe du monde, l'étoile Polaire (actuellement située au bout de la queue de la Petite Ourse, aussi nommée Petit Chariot).