Planète

Vent

DéfinitionClassé sous :climatologie , brisé , tempête

Par Janlou Chaput, Futura

 
Les éoliennes permettent de générer de l’électricité à partir de l’énergie fournie par le vent. © Leaflet, Wikipédia, DP

Le vent correspond au déplacement d'une masse d'air consécutif à des différences locales de température et de pression. D'une légère brise à une forte tempête, la vitesse et l'amplitude géographique des vents peuvent être très variables dans l'espace et dans le temps. Parfois destructeur, le vent participe à de nombreux processus sur Terre, comme l'oxygénation des océans et des rivières, ou l'érosion des sols et le déplacement de minéraux. L'Homme l'utilise aujourd'hui comme source d'énergie : l'éolien.

Principe de formation du vent

Deux paramètres principaux contribuent à la formation des vents à la surface de la Terre : la température et la pression. Par exemple, lorsqu'une masse d'air se réchauffe, elle s'élève en altitude au-dessus des couches plus froides, ce qui génère une diminution de la pression. Pour combler le vide, la masse d'air voisine va s'engouffrer dans l'espace laissé vacant : ce mouvement crée le vent.

Un exemple concret : celui de la brise de mer et la brise de terre. Le jour, la terre se réchauffe plus vite que la mer. L'air au-dessus de la terre s'élève et crée une dépression, compensée par l'air surplombant la mer, générant ainsi une brise qui circule de la mer vers le continent. À l'inverse, la nuit, l'eau conserve mieux sa chaleur et l'air de la terre se refroidit plus vite. Cette différence thermique génère un courant d'air de la terre vers la mer : une brise de terre.

La rotation de la Terre sur elle-même contribue également à la formation des vents, à leur localisation et à leur orientation, par la force de Coriolis. À cela, il faut également rajouter la topographie des continents qui peut favoriser les rencontres entre les masses d'air

La mesure du vent

La vitesse du vent se mesure à l'aide d'un anémomètre. Des échelles ont été établies afin d'estimer l'intensité des vents. L'échelle de Beaufort s'étale de 0 à 12. Elle repose sur la vitesse moyenne des vents sur une durée de 10 minutes, utilisée en association avec l'état de la mer qui en découle. Au niveau 0, le vent est nul, tandis qu'au niveau 12, les vents d'un ouragan soufflent à plus de 118 km/h, générant une mer déchaînée. L'échelle de Fujita se limite quant à elle à la classification des tornades, phénomène climatique générant les vents les plus violents à l'échelle de la Terre, mais sur une petite zone géographique.

L’éolien, l’énergie tirée du vent

Le vent fait également office d'énergie renouvelable et devient de plus en plus prisé afin de compenser les énergies fossiles, accusées de contribuer au réchauffement climatique, ou le nucléaire, du fait des potentiels dangers que cette source énergétique représente. En 2012 par exemple, en France, le vent a généré 14,9 térawattheures (TWh) d'électricité. En 2011, 459,9 TWh d'électricité ont été produits par l'énergie éolienne dans le monde.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.