Mots-clés |
  • climatologie,
  • radar,
  • énergie
Les Tornades

Description phénoménologique et différentes étapes de formation (courants ascendants, tube dynamique, cisaillements, étirement, convergence) - Evolution et structure - Dispositifs à effets Doppler

Sommaire
PDF

Lorsque des masses d'air chaud et froid se rencontrent, les contrastes de température sont parfois tellement violents en l'espace de quelques kilomètres que des tornades peuvent se former sous les cellules orageuses (constituée de plusieurs cumulonimbus).

Lors de son ascension, poussée par les vents ascendants, lorsqu'une cellule orageuse rencontre le jet stream vers 9 ou 10 km d'altitude aux latitudes moyennes, son sommet est entraîné dans le courant intense qui souffle en moyenne entre 100 et 320 km/h. L'impressionnante masse nuageuse commence alors à tourner lentement sur elle-même.

Sa base prend une couleur très sombre car située de plus en plus bas et couverte par le plafond nuageux, elle ne reçoit plus la lumière directe du Soleil tandis que celle diffusant par l'intérieur du nuage est absorbée avant de ressortir. Par contre son sommet garde un blanc étincellant quand il est visible du sol où observé depuis un avion.

Si la masse d'air est très instable, il se crée à l'intérieur du nuage des mouvements ascendants violents pouvant dépasser 100 m/s (375 km/h). La base du cumulonimbus se met alors en mouvement créant un tourbillon à l'intérieur du nuage où la pression devient très basse, pouvant chuter de 80 mbar. Sous l'effet de cette basse pression, la base du nuage prend la forme d'un entonnoir. Si le nuage atteint la surface du sol il se transforme en tornade. S'il se développe au-dessus de la mer on parle de trombe d'eau.

Tornade et éclair
Tornade et éclair

Les Tornades - 1 Photo

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires